Site AS ROMA

Finir l’année 2015 sur une bonne note

Depuis le derby gagné face à la Lazio, l’AS Roma a enchaîné une série de 7 matchs (dont 4 en Serie A) sans victoire (5 nuls et 2 défaites). L’objectif est de retrouver la victoire, qui manque à l’Olimpico depuis 3 rencontres (1 défaite et 2 nuls, à chaque fois sans marquer le moindre but). Un match qui pourrait être le dernier de Rudi Garcia sur le banc giallorosso.

.

La conférence de presse de Garcia.

« On est encore en course en Serie A »

« Quel match du point de vue de l’ambiance ? Je ne sais pas. On doit faire en sorte de montrer, comme j’ai toujours dit, de l’envie et de la motivation. On veut gagner, il n’y a pas de match facile en Serie A. Le Genoa est dans un moment délicat, comme nous. On a pas d’autres alternatives que de tout faire pour les 3 points, c’est le seul résultat intéressant. Dernier match sur le banc de la Roma ? Je n’y pense pas, j’ai d’autres batailles. Je connais les règles du jeu, ce n’est pas un problème mais je reste motivé, tranquille et serein, je crois en mes joueurs. On a pas été à la hauteur en Coppa, c’est le point noir et la faillite de la saison. J’ai pris des décisions après le match, je fais en sorte de trouver des solutions. On doit tout donner dimanche, en janvier on pourra changer des choses. Dans ce match il faudra du caractère et de la personnalité. Si je ressens le soutien des dirigeants envers moi ? Pourquoi on est arrivé là ? Car depuis le 8 novembre on a plus gagné. Jusque là tout allait bien. Tout n’est pas négatif en ce moment, la seule chose qui l’est vraiment c’est l’élimination à la maison contre une équipe de B, c’est ça l’échec. En Champions League on s’est qualifié, c’est une étape de plus par rapport à l’an dernier. La seule chose qui m’intéresse c’est de rester à maximum trois points de la seconde place. En championnat on est présent, on a joué beaucoup de matchs difficiles, on est pas à la mi-saison et dans les matchs retours on affrontera à domicile Napoli, Inter et Fiorentina. Tout est encore ouvert. Le problème est d’avoir laissé passer une opportunité, on est énervé, moi le premier. On ne peut pas changer cela, on peut juste tout faire pour retourner dans les places qualificatives en Champions League.

« La mise au vert permet de vivre ensemble, de rencontrer individuellement les joueurs »

J’ai dit que j’avais pris des décisions. Lesquelles ? Si Iturbe et Gervinho seront convoqués ? Iturbe et Gervinho seront convoqués. Comme j’ai dit, il faut tout donner. Il faudra retrouver l’enthousiasme, la joie de jouer. J’espère que ça sera le cas dimanche. Il faudra de la fraîcheur physique, on jouera moins en seconde partie de saison. Il reste 22 matchs, j’espère plus, en 18-19 semaines. On ne jouera pas tous les 3 jours. Depuis le match de Coppa on est tous ensemble en mise au vert. C’était nécessaire de montrer qu’on doit être plus ouverts sur le fait qu’ils savent ce que je pense, mais aussi s’écouter. Ce n’est pas une mise au vert punitive, je n’aime pas ça, s’ils veulent rester à la maison il faut gagner, mais on vit ensemble, on se parle, j’en profite pour voir les joueurs en tête à tête, on voit où on est et où on veut aller. En Champions on ne pense pas à l’exploit, mais en championnat on veut arriver où on doit être à la fin. Je n’ai pas répondu à la question sur la società ? Je parle tous les jours avec tout le monde, le président, Walter Sabatini et Mauro Baldissoni. Je montre tous les jours que des décisions sont prises et qu’il y a des solutions. Rien de particulier, dans le foot il faut gagner. Les tifosi se plaignent du manque de prise de responsabilité. Si je me sens responsable ? Je suis le chef d’orchestre, j’ai ma part de responsabilité, je l’assume. Ce n’est pas facile de jouer à l’Olimpico, c’est pas pour rien qu’on est meilleur à l’extérieur. On a rien pu faire, ça nous manque beaucoup. Ce n’est pas une excuse, mercredi nous n’avons eu aucune excuse. Si je suis le problème de la Roma ? Je ne dois pas répondre moi à cette question. Si je ne me sens plus utile, je pars. Mais j’ai toujours atteint les objectifs, je ne lâche pas. On trouvera les solutions, on changera s’il faut en janvier. A part dire qu’on doit tout donner dimanche, il n’y a rien à dire. L’an dernier j’ai parlé d’écart amplifié ? Si vous vous souvenez, on aurait pas dit qu’on était arrivé second. Maintenant la Roma est hors de la Coppa et avec moins de points en Serie A ? On est qualifié en Champions League. Si je pense avoir été compris ? Je suis content de l’effecitif, on savait qu’en Champions League il y avait une pression importante, qu’on pouvait ne pas passer, ça nous a mangé de l’énergie physique et mentale. On a perdu des joueurs importants, Totti ne joue pas depuis un moment, on ne marque plus depuis quelques temps, même si on est plus solide derrière. Je peux juste parler de ça, le grand échec est la Coppa, c’était le plus court moyen de gagner un trophée. On est 5ème c’est vrai, mais à 3 points du second.

« Je vois plus souvent Sabatini que ma famille »

Si je pense que l’attitude des joueurs contre Spezia soit celle d’une équipe sans motivation ? Avant tout, je ne commente pas toutes les déclarations, sinon il faudrait une conférence rien que pour cela. On travaille tous ensemble, je n’ai rien à dire, je suis content de mes rapports avec les dirigeants. C’est normal de défendre les joueurs, la confiance pour eux est fondamentale, s’ils sont tranquilles c’est mieux. Le problème de cette équipe est d’aller à Turin avec un esprit fantastique comme contre Napoli ou BATE et puis perdre contre Atalanta et Spezia à la maison. C’est une reflexion pour comprendre comment s’améliorer, les joueurs doivent prendre des responsabilités, ils doivent plus se donner pour aider leur co-équipier et on doit comprendre pourquoi ce n’est pas le cas. De l’énergie j’en ai, une partie pour pousser l’équipe, pour lui faire comprendre qu’elle peut faire de grandes choses. Elle l’a fait mais pas dans tous les matchs. Pour l’élimination, on a pas d’excuse mais cela arrive dans un mauvais moment. Avec des points en plus, une élimination, bien qu’humiliante, serait mieux passé. Mais on pouvait pas se le permettre. Une équipe immature et présomptueuse ? Que veut dire prendre des décisions en janvier ? On trouvera des solutions, je ne suis pas stupide. Il y a quelque chose à changer, le rythme des entraînements, pousser l’équipe. C’est une équipe jeune et améliorable, on joue avec Digne, Rüdiger et Florenzi qui n’est pas vieux, certains joueurs doivent prendre de l’expérience. J’aime le mixte entre jeunesse et expérience, mais on est en décembre et j’espère que l’équipe a retenu sa leçon. Sur le mercato ? J’ai totale confiance en mon directeur sportif. J’enlève l’idée que je n’aurais pas d’informations de Walter sur comment faire pour améliorer l’équipe. Nous sommes toujours en contact, je vois plus lui que certains membres de ma famille. Ce qu’ont dit les joueurs quand je leurs ai demandé quels étaient les problèmes ? Vous savez ce que je pense sur le fait que pour moi le vestiaire est un lieu sacré. Je suis quelqu’un qui sait prendre les décisions, parce que c’est mon métier. Je sais que j’ai un staff de qualité, on réfléchit mieux à plusieurs têtes. Les avis des joueurs peuvent être intéressant, ils doivent aussi prendre leurs reponsabilités. Nous avons beaucoup de joueurs intelligents, des leaders comme De Sanctis ou De Rossi. Nous sommes unis et nous voulons faire mieux que ce que nous faisons. La base est demain à 15″.

.

.

Du côté de Trigoria

Le début de saison se montre compliqué, avec un bilan de 8 victoires, 5 nuls et 3 défaites. A domicile, le bilan est de 5 victoires, 1 nul (Sassuolo) et 1 défaite (Atalanta). Cependant, toutes compétitions confondues, la Louve reste sur 3 matchs sans victoire (et surtout ssans marquer) à la maison : BATE (0-0), Atalanta (0-2) et Spezia (0-0, défaite aux tirs au but). Après une série de 5 victoires consécutives (17 buts marqués et 6 encaissés), la Louve s’est incliné (contre le cours du jeu) sur la pelouse de l’Inter. La réaction était arrivé immédiatement avec un succès dans le derby face à la Lazio, avant d’enchaîner une série de 4 matchs sans victoire en Serie A (3 nuls et 1 défaite) et 7 matchs toutes compétitions confondues (avec 2 en Champions League et 1 en Coupe d’Italie). Les trois derniers résultats des giallorossi ont à chaque fois été des scores de 0-0.

Pour cette 17ème journée de Serie A, le mister français récupère certains joueurs. Mohamed Salah et Gervinho sont totalement opérationnel, pendant que Seydou Keita fait aussi son retour. S’il a repris l’entraînement avec le groupe, il faudra attendre les premiers jours de 2016 pour revoir Francesco Totti. Garcia pourra cependant aligner une équipe-type donc, avec Florenzi-Manolas-Rudiger-Digne en défense, De Rossi-Nainggolan-Pjanic au milieu et Salah-Dzeko-Gervinho en attaque.

Les convoqués de Rudi Garcia face au Genoa

.

L’adversaire du jour

Le Genoa réalise un début de saison catastrophique, avec une 17ème place au classement. Le bilan est de 4 victoires, 4 nuls et 8 défaites; pour 15 buts marqués et 21 encaissés. Cela est encore pire à l’extérieur, avec un bilan de 0 victoire, 3 nuls (Frosinone, Torino, Udinese) et 5 défaites (6 buts marqués pour 13 encaissés). Et que dire de la forme du moment, puisque les hommes du mister Gasperini reste sur une série noire en cours de 4 défaites consécutives : Carpi, Inter et Bologne en championnat, ainsi que Alessandria (3ème division) en Coupe d’Italie. Pire encore, on ne retrouve qu’une seule victoire (à domicile face à Sassuolo) lors des 9 dernières rencontres (pour 5 défaites et 3 nuls). Une défaite à l’Olimpico mettrait probablement les rossoblu en position de relégable, et compliquerait grandement la phase retour.

Sur le mercato, l’effectif a comme souvent été beaucoup chamboulé. Côté arrivée, on citera Tachtsidis (Verona), Lazovic (Stella Rossa), Dzemaili, Pandev (Galatasaray), Figueiras (Siviglia), Gakpé, Cissokho (Nantes), Munoz (Sampdoria), Ntcham (Manchester City), Capel (Sporting) et Ansaldi (Zenit). Côté départ, on signalera Bertolacci, Kucka, Niang (Milan), Ariaudo (Sassuolo), Roncaglia (Fiorentina), Edenilson (Udinese FP), Lestienne (PSV), Falque (AS Roma), Fetfatzidis (Al-Ahli) et Borriello (Carpi).

Pour demain, le mister Gasperini devra faire avec de très nombreux absents : les attaquants Pavoletti et Perotti (la « star » de cette équipe, suivi par l’AS Roma sur le mercato) sont suspendus, pendant que Burdisso (capitaine de cette équipe, et ex-giallorosso), Marchese et Tino Costa sont suspendus. Le système en 3-4-3 restera cependant identique, avec notamment Perin dans la cage, l’ex-romanista Tachtsidis dans l’entre-jeu et Pandev en pointe.

Les équipes probables de l’AS Roma et du Genoa

.

Les dernières confrontations

2014/2015 : AS Roma 2-0 Genoa (Doumbia, Florenzi
2013/2014 : AS Roma 4-0 Genoa (Florenzi, Totti, Maicon, Benatia)
2012/2013 : AS Roma 3-1 Genoa (Totti, Romagnoli, Perrotta)
2011/2012 : AS Roma 1-0 Genoa (Osvaldo)
2010/2011 : AS Roma 2-1 Genoa (Borriello, Brighi)
2009/2010 : AS Roma 3-0 Genoa (Perrotta, Toni x2)
2008/2009 : AS Roma 3-0 Genoa (Cicinho, Vucinic, Baptista)
2007/2008 : AS Roma 3-2 Genoa (Taddei, Vucinic, De Rossi)
1994/1995 : AS Roma 3-0 Genoa (Balbo x2, Fonseca)

Depuis sa remontée dans l’élite en 2007, le Genoa n’arrive à rien lors de ses déplacement à la Roma, avec 8 défaites en autant d’oppositions. L‘AS Roma marque même souvent, puisqu’elle s’y habitue à inscrire régulièrement au moins 3 buts. Sur les 7 dernières confrontations, les rossoblu sont revenus 5 fois à Gênes sans marquer, et seulement deux fois en inscrivant un but. Il faut remonter à très loin pour retrouver la dernière victoire du Genoa à l’Olimpico, puisqu’il s’agit de la saison 1989/1990 (score 1-0). Une proie aussi facile que cela peut paraître ?

.

L’arbitre du match

L’arbitre de la rencontre sera Mr Andrea Gervasoni. Cet arbitre a dirigé à 13 reprises l’AS Roma pour un bilan de 9 victoires (dont les victoires sur la pelouse de l’Atalanta (2-1) et Empoli (1-0) la saison passée, ainsi qu’à Frosinone (0-2) en début de saison), 3 nuls (3-3 face à Livorno en 2010, et le 1-1 face au Hellas Verona la saison dernière) et 1 défaite (contre le Genoa en 2011/2012, sur le score de 4-3 après avoir mené 0-3). Il avait notamment expulsé Totti face à Lecce lors de l’altercation avec Oliveira. Il a sifflé 4 penalties en faveur de la Louve, et 3 contre.

Le bilan du Genoa avec cet arbitre est de 9 victoires, 5 nuls et 4 défaites.

Twitter: @Romanista35 / @CyrilBaldassari