Faire bonne figure en terre bavaroise

L’AS Roma de Rudi Garcia vit une période de turbulences, avec un aspect mental atteint suite à la lourde défaite du match aller face au Bayern Munich (7-1 à l’Olimpico), puis la défaite de samedi sur la pelouse du Napoli (2-0). L’objectif est donc de relever la tête ce mercredi à l’Allianz Arena, où une bonne prestation dans le jeu et la mentalité primera probablement sur le résultat en lui-même.

.

La conférence de presse

Rudi Garcia: « 1 chance sur 10 de faire un résultat à Munich »

« Faire un résultat demain peut être le remède pour la Roma ? Demain nous avons peu de chances de faire un résultat, disons 1 sur 10. Mais si c’est 1 sur 10, cela veut dire que nous avons une possibilité. Le contenu sera important. A l’aller j’ai dis que c’était un accident, nous avions bien réagi. Nous avons fait un nul sur le terrain du troisième, gagné à la maison et perdu à Naples. Le contenu de la première période contre Naples était trop faible. Il n’y a rien à dire sur le fait que nous serons préoccupés, je regarde ce que nous avons fait, nous sommes second en championnat et en Champions League, cela n’est pas mal. Si les joueurs sont restés marqué mentalement suite au 7-1 ? Je pense que non, mais il fallait le demander à Keita et Pjanic tout à l’heure. A part la première période à Naples, j’ai vu une Roma qui donne tout sur le terrain, avec les moyens du moment. Les absences ne pèsent pas, mais cela réduit les possibilités et le turnover. Nous avons encore deux matchs à faire ainsi et nous espérons qu’après la trêve puissent revenir quelques joueurs pour faire que le turnover puisse être plus important. Possibilité de changement tactique ou juste changement de mentalité par rapport à l’aller ? Nous devrons le faire d’une manière différente. Qui a pris un point ici cette saison ? Personne. Normalement nous savons comment finira le match, nous espérons démentir les pronostics. La première chose sera le contenu, nous devons faire un match courageux, nous devons être plus agressifs et solidaires. Le problème risque d’être physique ? Je l’ai déjà dis, nous avons deux matchs à jouer. Quand nous avons vu tous les groupes, vous l’avez appelé comme le groupe de la mort. Nous savions que cela serait difficile, perdre contre le Bayern, même chez soi, peut arriver. Le problème reste dans la façon de perdre. Pour montrer que cela était un accident, nous devons montrer un autre visage et contenu plus adéquat au niveau de la Roma. Si l’objectif est d’éviter une autre débâcle ? Si la psychologie est utile ? Je pense que dans l’effectif du Bayern il y a 6 joueurs parmi les 23 du Ballon d’Or, et il manque Ribery. Ils ont des joueurs très forts, on le sait que c’est une très bonne équipe. Pour cela que je dis que demain ça sera difficile. Le football est ainsi, si on est humble, si on fait un match courageux et qu’on essaie de prendre le jeu à notre compte mais on a pas changé notre approche de profiter de la C1. Quand je suis arrivé, si on m’avait dit que nous jouerons ici, ça aurait été bien. Sur le plan mental, je sais que j’ai des professionnels qui savent que le Bayern notre montre la voie, mais ça ne veut pas dire qu’on rentrera sur le terrain en victime. On fera ce qu’on a à faire, de façon à ne rien céder et puis on verra si on réussit à donner une meilleure image qu’à l’aller. Ca pourrait l’annuler. Ce qui arrivera demain ne change rien au fait que l’on peut se qualifier. Ce n’est pas notre championnat contre le Bayern, notre mini-championnat sera le match à Moscou puis à la maison contre City. Robben ? Un des meilleurs au monde, il suffit de le voir jouer pour le savoir. Il fait toujours des choses de champion, rien d’autre à dire. Il vaut mieux l’avoir avec soi que contre. Benatia a dit que Guardiola a gagné l’aller car il a préparé le match plus que personne ne peut l’imaginer ? Guardiola est un des meilleurs au monde. J’ai déjà dit qu’il a choisi un pari difficile en venant ici car ils avaient tout gagné. J’étais un de ceux qui disaient que si le Barca jouait si bien c’était grâce aux joueurs, et à leur entraîneur. Guardiola a dit que tout ce que la Roma a fait de bien provient du courage, maintenant elle doit prendre du recul. S’il a raison ? Je pense que l’on a une ligne de conduite qui est la bonne, on doit la suivre. On ne changera pas notre jeu et notre identité. Cela ne veut pas dire être stupide quand on affronte une équipe plus forte et ne pas s’adapter. Sur le fait d’avoir obtenu des résultats d’une certaine façon non, continuer à en obtenir passe par cette ligne de conduite.

Miralem Pjanic: « Démontrer notre force, après les défaites contre le Bayern et le Napoli »

Si on se sent capable de jouer le football demandé par Garcia ? Notre football nous le changeons pas, contre le Napoli on a pas pu le montrer. Par moment on affronte des adversaires contre qui c’est difficile de jouer notre jeu, on a appris de cette défaite à la maison, demain c’est la revanche. Ce qui s’est passé à l’Olimpico n’arrivera pas, nous voulons montrer que la différence entre nous n’est pas celle-là, on croit en notre force, même si contre le Bayern et le Napoli on ne l’a pas montré. Nous voulons le démontrer contre un adversaire qui est le plus fort du groupe, qui joue un bon football, a un très grand entraîneur. Nous voulons affronter ce match d’une autre manière, on doit savoir défendre. Si suis je satisfait personnellement ? C’est un moment délicat, toute l’équipe n’a pas pu montré sa force. On a perdu deux fois, trois fois avec la Juventus. Je peux faire mieux, je le sais, mais c’est juste un moment où notre jeu n’est pas au top. Comme j’ai dit, on doit continuer à travailler et je sais que mes qualités reviendront. Les points forts du Bayern ? Robben est très fort, avec un peu d’espace il peut décider du match, comme on l’a vu à l’aller. Il a marqué tout de suite le 1-0, notre situation est devenue plus difficile. On doit avoir une autre approche, commencer différemment. On ne doit pas regarder les joueurs, ils ont des joueurs de haut niveau, en tant qu’équipe on doit être compacte et ne pas donner d’espace. Si la position de trequartista peut me favoriser ? La position c’est le mister qui la décide, notre jeu ne doit pas changer. On est deuxième du championnat et en C1, c’est vrai qu’on s’est manqué sur deux matchs, le mister décidera de qui joue et où. Je donnerai le maximum pour l’équipe et dans ces moments plus durs on doit être unis et travailler doublement. Garcia t’a demandé quelque chose de particulier ? Non, rien de spécial. Le système de jeu est plus ou moins le même, je suis toujours au milieu de terrain. Nous avons eu des blessures. Le début de saison a été intense, on a beaucoup joué. Il n’y a rien de nouveau pour moi, j’essaie de toucher beaucoup de ballons pour me mettre en confiance, mais mon jeu n’a pas changé. J’essaie de me mettre en confiance le plus rapidement possible, en touchant le ballon, en essayant de faire jouer les autres. J’espère pouvoir toujours aider mon équipe, je ferais le maximum sur le terrain. Ce n’est pas le moment de lâcher, nous devons continuer. Demain est un match très important, c’est un match contre le favori, notre équipe veut donner une riposte. Nous affronterons ce match avec envie et détermination, nous devons le faire pour les tifosi. Nous connaissons notre force et nous voulons le démontrer, je ne sais pas si le mot revanche soit le mot juste. Nous voulons avoir un autre résultat, ce qui s’est passé à Rome n’est pas notre vrai visage. A l’aller tout a été dans le sens contraire, il y a des jours comme ça où rien ne fonctionne. Nous voulons faire une bonne prestation, le mieux à faire est de chercher à obtenir un résultat positif. Ce que le 7-1 a fait dans les têtes de l’équipe ? Cela n’a sûrement pas fait de buen, un résultat pesant dont nous nous attendions pas. Maintenant nous devons aller de l’avant, oublier ce match le plus rapidement possible et ré-obtenir ds résultats pour avoir confiance. L’équipe a joué de manière fantastique, avec un football fluide, rapide, nous avons marqué souvent rapidement, nous devons retrouver tout cela, notre force. Le groupe doit être concentré et conscient du fait que nous jouons bien. Nous devons regarder devant et montrer que le match aller était un accident. La préoccupation de prendre une nouvelle claque ? Non, on a pas peur. Le score du match aller ne représente pas la différence entre le Bayern et la Roma. Le Bayern est habitué à être au moins en 1/2 finale de la compétition, une équipe qui joue chacune année d’une façon très forte, une équipe et un groupe exceptionnel. On s’attend à un grand match. Nous savons que cette équipe a des défauts dont nous pouvons profiter, on se prépare à essayer de faire un bon résultat ».

Seydou Keita: « Ne pas tout changer après la défaite du match aller ».

Comment on arrête Guardiola ? Notre lien ? Un lien très fort, il a tout gagné. Difficile de parler de lui, content du temps passé avec lui. Si je peux donner quelque chose à la Roma pour corriger les erreurs de l’Olimpico ? Bien sûr que je ne sais pas si on gagnera demain, mais le match sera très différent. Ca sera dur, mais ça arrive dans le football, le Bayern a perdu 4-0 contre le Real. Nous devons jouer un match différent, dans le football tout est possible. Nous donnerons tout pour obtenir un bon résultat, nous sommes second, il ne faut pas tout changer après une défaite contre le Bayern. Ils ont perdu contre le Real l’an dernier et ils jouent pour gagner de nouveau ».

.

Du côté de Trigoria

L’AS Roma retrouve la Champions League, après trois ans sans la disputer. La dernière édition fût lors de la saison 2010/2011, où les hommes de Claudio Ranieri se retrouvèrent déjà dans la poule du Bayern Munich (avec notamment un succès 3-2 à l’Olimpico, après avoir été mené 2-0 à la pause). Le parcours s’arrêta cependant en 1/8ème de finale, face au Shakthar Donetsk. Les giallorossi peuvent cependant s’appuyer sur le fait qu’ils ont à chaque fois réussi à s’extirper de la phase de groupes, durant les 4 dernières éditions, avec ensuite deux 1/4 de finale (contre Manchester United, après avoir battu Lyon et le Real Madrid au tour précédent) et deux 1/8ème de finale (face aux ukrainiens et Arsenal). Lors de ces dernières éditions, la Louve possède un bilan de 18 victoires, 6 nuls et 14 défaites. Mais toujours placé au sein du Chapeau 2. De manière générale, la Roma a disputé 76 matchs de Champions, pour 30 victoires, 20 nuls et 28 défaites.

Cette édition 2014/2015 a donc bien débuté, avec un large succès face au CSKA Moscou (5-1), où le score affichait trois buts d’écart après seulement 25 minutes de jeu, et un bon point de pris sur la pelouse de Manchester City (1-1, après l’ouverture du score rapide des anglais sur penalty). Cela s’est ensuite gâté avec cette lourde défaite 7-1 à l’Olimpico face au Bayern, avec une deuxième place qui reste toujours de mise. En championnat, le bilan est de 6 victoires, 1 nul et 2 défaites (16 buts marqués et 6 encaissés). Un bilan qui reste cependant bon, quand on analyse que les « contres-performances » ont été acquises sur trois des terrains les plus difficiles : Les défaites à Turin et à Naples, et le nul à Gênes contre la Sampdoria. Le plein de points a cependant été fait en championnat, avec des succès face à la Fiorentina, Cagliari, Hellas Verona, le Chievo et Cesena.

Rudi Garcia a révélé la liste des 21 joueurs qui ont été convoqué pour la 4ème journée de Champions League, qui se jouera ce mercredi (20h45), face au Bayern Munich (sur BeIn Sports 2). Outre les absents de longue date, Federico Balzaretti et Kevin Strootman, l’infirmerie continue d’accueillir Leandro Castan, Davide Astori, Maicon et Marco Borriello. Le groupe est identique au déplacement contre le Napoli, à l’exception des non-convocables Bogdan Lobont, Urby Emanuelson et Tonny Sanabria. Enfin, à signaler la première convocation en Champions League pour Arturo Calabresi.

Concernant le onze de départ, De Sanctis gardera la cage giallorossa. La défense centrale sera composé des recrues Manolas et Mapou, tandis que les couloirs seront pris par Torosidis à droite et Cole à gauche. De Rossi évoluera dans sa position devant la défense, avec Nainggolan et Keita pour protéger le jeu à ses côtés. Devant, Pjanic pourrait évoluer dans une position de meneur de jeu, pour alimenter en contres Gervinho et Iturbe.

.

L’adversaire du jour

Outre une défaite en Supercoupe d’Allemagne à la mi-août, le Bayern Munich est à ce jour invaincu entre Bundesliga et Champions League. Un parcours quasi sans-faute qui impressionne déjà. Le plein de points a été fait jusqu’ici en compétition européenne, mais cependant avec deux victoires acquises dans la douleur : D’abord à l’Allianz Arena contre Manchester City (but dans les derniers instants), puis sur la pelouse du CSKA Moscou (grâce à un penalty de Müller). On ne reviendra pas sur cette lourde débâcle face à l’AS Roma, avec ce score de 7-1. En championnat, le bilan est de 7 victoires et 3 nuls, avec 23 buts marqués et 3 buts encaissés. A noter que ces trois matchs nuls ont à chaque fois été subit en déplacement (dont le bilan est d’une victoire et 3 nuls) : Monchengladbach, Hambourg et Schalke. A l’inverse, cela est un parcours sans-faute à domicile, avec 6 victoires en 6 matchs en championnat, et 7 victoires en 7 matchs toutes compétitions confondues. Sur leurs 9 dernières matchs, les bavarois ont obtenu 8 victoires.

Manchester City a peu bougé durant ce mercato estival, avec cependant deux importants départs à noter : Celui de Tony Kroos vers le Real Madrid pour 25 millions d’euros, et celui de Mario Mandzukic vers l’Atletico Madrid pour 22 millions d’euros. On rajoutera le prêt de Diego Contento aux Girondins de Bordeaux. Cela a permis au champion d’Allemagne de se renforcer à plusieurs postes. A commencer par l’arrivée du gardien Pep Reina (Liverpool) pour 3 millions d’euros, du défenseur central Mehdi Benatia (provenance de l’AS Roma) pour la somme de 26 millions d’euros, le latéral gauche Juan Bernat (Valence) pour 10 millions d’euros, le milieu Xabi Alonso (Real Madrid) contre la somme de 8 millions d’euros et enfin l’arrivée gratuite de Robert Lewandowski devant (Borussia Dortmund).

L’équipe sera composé demain de Neuer dans la cage. La défense sera constituée par une ligne de 3 joueurs, où l’on retrouvera Benatia, Boateng et Alaba dans l’axe, avec Robben et Bernat sur les côtés. La paire de récupérateur sera constitué par Xabi Alonso et Lahm. Enfin devant, Lewandowski sera soutenu par deux électrons-libre avec Müller et Goetze.

.

Les dernières confrontations

Les deux équipes s’étaient déjà rencontrées durant la saison 2010/2011, étant ensembles insérés dans la poule du FC Bâle et de Cluj. Lors du match aller, c’est les allemands qui s’étaient imposés sur leur pelouse grâce à des buts de Müller et Klose, pendant que la Louve avait crée la sensation lors du match retour. Rapidement menés 2-0, les hommes de Claudio Ranieri l’avaient finalement emporté sur un score de 3-2, grâce à des buts de Borriello, De Rossi et Totti. A noter que lors d’un 1/4 de finale de Coupe des Coupes en 1985, les allemands étaient venus s’imposer à l’Olimpico sur le score de 2-1.

.

Le duel du match

Arjen Robben / Gervinho: Un duel de joueurs ayant la capacité de décider le match à eux seuls, grâce à leur caractéristiques techniques. Sur la scène européenne, Arjen Robben a disputé 84 matchs, tandis qu’il a inscrit 25 buts. De son côté, Gervinho possède également un beau ratio, avec 34 matchs européens, et 10 buts inscrits. Leur début de saison est également intéressant, puisque le hollandais a joué 9 matchs et déjà inscrit 6 buts, tandis que l’ivoirien a lui joué 12 matchs, mais surtout marqué 3 buts et desservi 4 passes décisives. A noter que depuis son arrivée au Bayern, le n°10 a disputé 175 rencontres toutes compétitions confondues, pour un total de 95 réalisations. Gervinho jouera lui demain son 50ème match sous le maillot giallorosso, pour un total de 15 buts, et 14 passes décisives. S’ils jouent tous deux dans un collectif très fort, ils sont sans contexte l’élément capable de faire la différence sur un exploit individuel, même quand leur équipe n’est pas au mieux dans la rencontre. Les deux ailiers explosifs pourraient d’ailleurs évoluer demain dans une position particulière. En effet, Robben évolue quasiment dans une position de latéral droit, devant une défense à trois, et où il doit donc couvrir tout son couloir, tandis que Gervinho pourrait bien évoluer dans une position d’avant-centre, pour faire profiter de sa vitesse à ses coéquipiers en situation de contre-attaque. 

 

L’arbitre du match

.
L’arbitre de la rencontre sera Mr Cuneyt Cakir. Cet arbitre turc n’a dirigé l’AS Roma, tandis qu’il a dirigé une fois le Bayern Munich durant la saison 2011/2012 avec une victoire 2-0 contre Villarreal (Kroos et Rafinha). Cet arbitre a dirigé 11 fois des matchs où un club italien était impliqué, pour un bilan de 4 victoire, 1 nul et 6 défaites. Le dernier match en vigueur fût en début de saison, avec le retour de tour préliminaire en Champions League de Napoli à Bilbao.

Les équipes probables

AS Roma (4-3-3):
De Sanctis
Torosidis-Manolas-Mapou-Cole
Nainggolan-De Rossi-Keita
Pjanic

Iturbe-Gervinho

Remplaçants: Skorupski, Holebas, Somma, Florenzi, Ljajic, Totti, Destro.
Blessé(s): Balzaretti, Strootman, Castan, Borriello, Maicon, Astori.
Non-sélectionné(s): Lobont, Somma, Emanuelson, Sanabria.

Bayern Munich (3-4-2-1): Neuer; Benatia, Boateng, Alaba; Robben, Xabi Alonso, Lahm, Bernat; Müller, Goetze; Lewandowski.