Photo tirée du site Calciomercato.com

Edin Dzeko s’est exprimé dans un interview au journal anglais du Telegraph :

« Guardiola ? C’est un de ces entraîneurs qui préfèrent un profil d’attaquant différent de moi, mais il a obtenu des succès en travaillant ainsi. Cela dépend du manager, du style de jeu, du championnat où on joue, mai dans le football le numéro 9 sera toujours là. Tu as besoin du numéro adapté. Salah ? Avant tout c’est une déception de l’avoir perdu, mais il voulait partir. Il fait des choses folles en Premier League, qui n’est pas le championnat le plus facile où jouer. Momo est un grand joueur et une excellente personne qui peut battre des records cette année, parce que 40 buts en Angleterre est beaucoup. J’espère qu’il marquera encore en Premier League, mais pas en Champions League. Roma-Barcelone ? En réalité nous étions relâchés, mais pas dans le sens que nous pensions, parce qu’on pensait déjà être éliminé. Nous avons dit que nous ne méritions pas de perdre 4-1 à Barcelone. Nous avons certainement les qualités pour battre chaque équipe, mais après avoir perdu 4-1, personne s’attendait à une telle remontée. Mais le stae était plein, les tifosi étaient là et nous devions essayer. Quand tu marques dans les premières minutes, tout change. Cela a donné beaucoup d’énergie pour marquer ces trois buts. Le but marqué à l’extérieur a été décisif. Sur le 3-1, j’ai pensé que ça n’était pas un mauvais résultat, quand nous avons pris le 4ème, j’ai su que ça aurait été difficile, parce que c’était Barcelone. Mais lors du second match nous avons joué un des meilleurs matchs que les tifosi ont vu dans l’histoire. La plus grande émotion de ma carrière ? En réalité, cela a été avec Manchester City, en signant le troisième but contre QPR. Cette fois cela n’a apporté aucun titre, mais ça a été spécial parce que battre Barcelone 3-0 est un grand succès pour nous et pour le club, et les tifosi ont été très heureux. Le titre avec Manchester City ? J’ai vu le match de Manchester United contre West Bromwich dans le bus avec Kolarov, avant le match contre la Lazio. C’était seulement une question de temps, je suis très heureux pour eux. Je ne leurs ai pas envoyé de message parce qu’il était clair que City aurait gagné le titre. La croissance du club anglais ? J’ai fais ma part. Manchester City a gagné le championnat trois fois ces 6-7 dernières années, donc j’en fais certainement parti, même si maintenant ils ont de nouveaux joueurs et un nouveau staff. Chaque année ils progressent.

La victoire 3-2 contre QPR qui a donné le titre en 2012 ? Cela a été incroyable. Tous s’attendaient à un match facile. Ce qui s’est passé durant ces 90 minutes, et surtout dans les 3 dernières, a été incroyable. C’était impossible de décrire mes sensations ce jour-là. Le parcours de la Roma en Champions League ? Lors de la phase de poules, personne ne s’attendait à nous voir passer. On était avec l’Atletico, qui rejoignait la demi-finale chaque année, et Chelsea, une des équipes les plus fortes. Nous n’étions pas favoris pour passer le tour, mais nous l’avons fait. Nous avons battu le Shakhtar à l’italienne, en quart je ne voulais pas tirer Manchester City ou Barcelone et nous avons pris les blaugrana. Klopp ? Je pensais ces derniers jours à quand il entraînait le Borussia Dortmund. Il a joué une finale de Champions contre le Bayern et une finale d’Europa League avec Liverpool, malgré qu’il ait perdu les deux. Je souhaite qu’il en rejoigne pas une troisième, du moins pas cette saison. Je le connais depuis que je jouais en Allemagne, je connais son style de jeu, offensif. Nous aussi sommes le type d’équipe qui aime attaquer. La Roma doit être positif, autrement cela sera difficile. Nous connaissons Klopp et Liverpool à Anfield, eux essayerons de pousser lors du match aller. Nous serons préparés, nous devons l’être. Rome ? Nous avons une équipe expérimentée, avec plus de 15 joueurs internationaux. Cela donne plus de force. Nos points forts ? L’équipe. Tout ce que nous avons obtenu, nous l’avons fait en équipe. Pas comme des individus, mais en équipe, parce que nous avons toujours cru en nous et avons tout donné à chaque match. Le refus à Chelsea en janvier ? Quand je vois ce qui s’est passé ce dernier mois, je suis heureux d’être resté. C’est un grand club et je suis heureux qu’ils me voulaient, mais à la fin je pense avoir bien fait de rester parce que je voulais jouer en Champions League. Je voulais essayer de rejoindre avant tout les quarts de finale, chose que je n’avais jamais fait, et désormais nous sommes en demi-finale, avec l’objectif de rejoindre la finale. Cela veut dire que j’ai fais le bon choix ».