Di Natale vient à bout de la Louve

Malgré un match solide, face à l’une des toutes meilleures équipes de Série A (6 victoires sur 6 à domicile), l’AS Roma a craqué dans la toute fin de la rencontre. A 10 minutes de la fin, c’est comme à son habitude Antonio Di Natale qui est venu crucifier les espoirs giallorossi, en laissant sur place Kjaer, avant de tromper Stekelenburg.

Luis Enrique avait choisi une option un peu plus défensive que face à Lecce. En effet le mister espagnol aligne Greco au lieu de Bojan. Avec Pjanic en soutien de Lamela et Osvaldo. En défense Taddei et Angel prenaient les couloirs, avec Kjaer et Juan dans l’axe. Le match part sur un faux rythme, avec deux équipes qui offrent une rude bataille au milieu de terrain, très renforcé des deux côtés. Pourtant habitué à distiller un beau jeu de passe, nous avons plutôt assisté à de long ballons lancés vers l’avant. Un match tactique qui n’a donc pas offert beaucoup de jeu, ni beaucoup d’occasions. L’Udinese cependant n’a pas perdu sa qualité de contre-attaque exceptionnel. En effet à plusieurs reprises les bianconeri auraient pu trouver la faille suite à des remontées rapides, mais heureusement la défense giallorossa joua le hors-jeu à la perfection. Le gardien hollandais n’ayant même aucun arrêt à faire en première période, si ce n’est une petite frappe d’Armero. On attendait justement beaucoup le colombien dans son couloir gauche, mais la belle prestation de Taddei à droite n’est pas pour rien dans son absence du jeu. Le brésilien a récupéré de nombreux ballons, bloquant de nombreuses relances à la source. Si la défense se montre solide, l’attaque a elle montré trop de timidité. Pjanic a beaucoup tenté et percuté, mais son manque de vitesse lui a fait défaut pour faire encore plus la différence. Lamela a quant à lui eu du mal à se trouver dans une position très haute, ayant du mal à toucher beaucoup de ballons. A noter par contre la grosse prestations d’Osvaldo, sûrement son meilleur match dans le jeu. L’italo-argenti a percuté, a montré une qualité de dribles que l’on avait pas encore aperçu, a été très utile dans le jeu en remise.

En seconde période le mister espagnol repart avec les mêmes. Cependant les giallorossi semblent reprendre le dessus et petit à petit reprennent le quadrillage du terrain. La louve se montrera notamment à plusieurs reprises dangereux sur corner, avec un Juan très en forme. En effet le brésilien a été l’auteur d’une très grosse partie et n’est pas pour rien dans la solidité défensive. Ce ne fût pas vraiment le cas de Gago et Greco, très décevant. En effet les deux relayeurs n’ont pas su distiller le jeu comme lors des derniers matchs, et perdant trop de ballons. Malgré un match assez maitrisé, les romanisti ont eu peu d’occasions à se mettre sous la dent. On retiendra cependant une belle frappe lointaine de De Rossi qui partait dans la lucarne, et une chevauchée de Lamela qui échoua sur le dernier défenseur. Alors que l’on semble se diriger vers un 0-0, Pinzi lance alors à la 79ème minute Di Natale dans la profondeur. Kjaer qui semble touché au départ laisse le capocanoniere s’échapper et ne pourra jamais le ratrapper, jusqu’à stopper complètement sa course. Plein de sang froid Di Natale trompe le gardien hollandais. Malgré la rentrée de Bojan quelques minutes avant le but plus rien ne changera. Enfin de notre côté. Puisque sur une action anodine, l’Udinese se retrouve en supériorité numérique offensive. Armero, jusqu’à lors très peu en vue, déborde et réalise un centre parfait pour Isla qui marque le but du 2-0.

Une défaite amer qui freine les giallorossi après deux victoires de suite. Il faudra impérativement rebondir dimanche prochain sur le terrain de la Fiorentina, pour ne pas trop gamberger et relancer la machine.