Photo tirée du site Tuttosport.com

Eusebio Di Francesco s’est exprimé au micro de Premium Sport, suite à la victoire 1-0 face au Shakhtar Donetsk :

« Le signal après cette qualification ? Nous avons peut-être été trop peu qualitatifs mais nous n’avons rien concédé au Shakhtar Donetsk, nous avons été bons aujourd’hui, à l’aller nous avons fait trop d’erreurs, ce qui m’a plu le plus est que nous avons fait un match d’hommes, pour vivre ce rêve. La prestation de Ünder ? On ne peut pas penser qu’un joueur ne donne pas le meilleur de soi-même, le calage est physiologique, puis il a pris un coup, ça peut arriver d’être moins brillant, mais c’est un grand joueur. Qui je voudrais éviter au tirage ? Je veux continuer à rêver avec cette équipe, aujourd’hui il y avait beaucoup de tifosi et vivre ces soirées donne de grandes émotions, je veux continuer de les vivre. Je ne veux éviter personne, je veux que mon équipe affronte n’importe qui avec ce comportement. Nous pouvons toujours faire mieux, nous avons joué contre une équipe qui aime avoir la possession, leur gardien a joué beaucoup de ballons et nous devins être meilleur à lire certaines situations, dans l’ensemble l’équipe m’a plu et du point de vue de l’organisation nous progressons. Vote à l’équipe ? Pour l’application je dirais 10, puis il faut une certaine habitude à jouer certains matchs, quelques joueurs n’étaient pas habitués à cela, tout comme moi, techniquement je donne un vote inférieur, tactiquement plu haut. Ces mécanismes s’améliorent par le travail. C’est la quatrième fois de l’histoire qu’on va en quart. Ce n’est pas une chose banale pour la Roma. Quand tu n’es pas habitué à ce niveau, tu as du mal à réagir à certaines pressions. La Roma est toujours resté uni. C’est la victoire des hommes et du groupe de travail. L’équipe a su souffrir, accompagné d’un public extraordinaire. Les matchs se gagnent avec la tête. Aujourd’hui nous ne l’avons pas toujours fait, dans les dernières minutes on avait l’impression qu’on avait peur du résultat. Je pouvais m’y attendre, j’ai préparé le match aussi en ce sens. Nous n’avons pas toujours eu cette fraîcheur et cette lucidité, mais tactiquement le match a été d’une discipline totale. Un des meilleurs matchs ? Techniquement non, cependant le résultat est très important. Aujourd’hui il fallait la prestation, il y avait le désir de gagner par le comportement. Cela semble normal d’être ici, nous avons fait quelque chose d’extraordinaire en réalité, mais ça ne suffit pas. Nous devons continuer. On passe aussi à travers les erreurs, ce soir nous avons été bon parce que nous aurions pu jouer régulièrement vers le gardien ou balancer des ballons devant. Aujourd’hui il fallait rester compact.

Maturité ? Le Shakhtar a de grandes qualités, en première période on a eu trop de hors-jeu, nous devions mieux profiter de certaines actions. J’ai demandé de la patience parce que ces matchs se gagnent aussi sur 90 minutes, aujourd’hui nous avons été une équipe mature. L’adversaire ne m’intéresse pas. De Rossi ? Il doit toujours être le symbole, désormais il a récupéré physiquement. Il a une détermination impressionnante, en tant de capitaine il doit transmettre cela à tous et de cela je suis très content. Désormais c’est normal de profiter. Nous avons travaillé physiquement pour bien arrivé à ce point de la saison. Je vois une équipe en croissance physiquement et mentalement, mais aussi dans la conviction et la détermination. Au début nous avons pas bien pressé, le milieu relayeur opposé au ballon ne montait pas dans le bon tempo, puis nous devions sortir avec les latéraux, nous découvrions trop la zone centrale. Quand on presse, on doit mettre les adversaires plus latéralement que centralement. Aujourd’hui Alisson n’est pas parmi les hommes du match, cela signifie que l’équipe a eu une application unique. J’ai parlé à Montella récemment, on s’est donné rendez-vous en finale (rire, ndlr). Nous devons maintenir l’équipe et penser au prochain, qui est Crotone. Puis nous penserons à la Champions. Si c’est la Roma qui change ou bien moi qui change ? Nous progressons tous ensemble, avant on était peu efficace offensivement, désormais on est plus réaliste. Je crois que cette équipe a compris que individuellement on va nul part.  La Roma ne doit pas avoir des joueurs forts, mais une équipe forte, si on le comprend on est sur le bon chemin. La Juventus nous a montré la voie à suivre. Passes longues choix imposé par le Shakhtar ? C’était une chose voulu, parce que eux aiment être en défense et jouer en contre. En première période les attaquants partaient trop vite dans la profondeur, mais verticaliser était une chose voulu, il faut savoir le faire dans certains moments déterminés du match. Le sauvetage de Peres à l’aller ? J’ai parlé de l’équipe, même ceux qui jouent moins, des magasiniers, staff médical. C’est fondamental d’être une équipe même dans les moments où on ne joue pas, mais tous savent qu’avec moi il y a l’opportunité. Qui ne s’entraîne pas bien va en tribune, je fais des choix dans la normalité, le turnover est fondamental pour la croissance de certains joueurs ».