Photo tirée du site Tuttosport.com

Eusebio Di Francesco s’est exprimé ce lundi au micro de Rai Radio 1 :

« Si je dors bien après les matchs ? Je ne dors jamais (rire, ndlr). Ce que j’ai pensé après le premier but de Benevento ? Il est arrivé d’une déviation malchanceuse, mais il restait beaucoup de temps et j’ai essayé de tranquilliser l’équipe et ne pas penser à ce but pris, mais à penser à jouer comme nous savons le faire. Nous avons mis un peu de temps mais nous avons trouvé ensuite le bon chemin. Trop d’absences ? Les suspensions de Nainggolan et Pellegrini ont compliqué un peu les choses au milieu. La Roma doit avoir un effectif qui est capable de palier à ce genre d’absences. A qui on peut comparer Ünder ? J’ai du mal avec les comparaisons. Il a une grande qualité dans la préparation de sa frappe qui me rappelle Montella, même s’il n’a pas les mêmes caractéristiques en tant que joueur. Il a la même capacité et rapidité d’exécution, une comparaison liée seulement à une caractéristique technique. A quel point est la Roma ? Il y a encore beaucoup à faire mais cette équipe, malgré le changement et la méthode de travail, a assimilé très vite après les difficultés initiales. Nous avons eu 40 jours de difficultés liés à diverses situations. Une fois fini les rumeurs de mercato, qui ont pu nous distraire, même si cela ne doit pas être une excuse, nous avons retrouvé un peu notre aspect compact, même s’il manque encore un peu de continuité dans l’attention durant les matchs. Nous devons donner de la continuité dans notre jeu. J’ai dis que cet effectif n’est pas ‘da scudetto’, tandis que Monchi ne pensait pas être aussi loin de la Juventus et du Napoli ? La distance n’est pas un piège, mais Monchi n’a pas dit que nous étions ‘da scudetto’. On s’attendait à avoir quelques points en plus, pare que nous avons laisé des points en route par notre faute, à commencer par l’expulsion de De Rossi contre le Genoa, ou face au Chievo lors d’un match dominé où on a pas su marquer. Nous avons toujours été un pas derrière le Napoli et la Juventus, même quand nous étions proche d’eux : pour l’effectif, pour ce qui a été notre mercato. Nous avons utilisé beaucoup de joueurs intéressants mais qui étaient peu habitué à cet environnement comme Ünder qui avait besoin de s’adapter à ce football. C’est un choix, mais je suis bien content de construire et chercher d’améliorer cette Roma. Et évidemment que moi aussi j’aurais aimé avoir quelques points en plus. Le problème est que la politique du club est d’apprendre des dernière années, travailler avec le même effectif pour deux années de suite et compliqué. 

Cela me préoccupe ? La possibilité de donner de la continuité avec les mêmes joueurs serait excellent pour quelque chose de technique, le Napoli en est la démonstration, mais aussi la Juventus change peu. J’espère qu’on puisse mettre les finances à flot pour donner de la régularité aux joueurs de l’effectif. Cela serait excellent et je crois que mon directeur Monchi avec le temps aura l’envie d’arriver à cela. Dzeko, Nainggolan et Alisson ? Moi j’entraîne, je ne fais pas le mercato. La Roma marque trop peu, malgré la 4ème place ? Nous sommes l’équipe qui tire le plus en championnat, mais nous ne concrétisons pas assez. J’espère que jusqu’à la fin du championnat on retrouvera cette capacité à réaliser ce que nous avons fait hier, puis dans d’autres occasions nous avons été peu chanceux et peu déterminé devant la cage. Nous devons travailler, travailler, travailler et chercher à améliorer les défaut que nous avons en ce moment. Schick peut jouer derrière Dzeko dans le 4-2-3-1 ? Oui, il peut même s’il serait moins meneur de jeu qu’attaquant, avec des caractéristiques différentes de Nainggolan qui est plus milieu de terrain. Schick peut s’adapter à tout rôle offensif, je vous assure qu’il a des qualités importantes, mais pour l’heure il doit trouver de la continuité lors des entraînements. Totti est une ressource en plus ? Une grande ressource. Dans le vestiaire il est très important. Souvent il me donne l’humeur de l’équipe parce qu’il a vécu à l’intérieur et il peut m’aider avec les joueurs qu’il connait. La suite de la saison ? Je souhaite que cela soit une grande fin de saison, à commencer par Udine. Contre le Shakhtar nous voulons gagner et passer le tour. Karsdorp ? Sa rééducation est correcte, mais nous devons être bon à ne pas brusquer son retour. Nous ne devons pas accélérer les temps, il suffit de voir ce qu’il s’est passé pour Ghoulam. Il est conseillé de lui laisser quelques jours en plus. A quel point il est important que j’ai joué à la Roma et quand on verra des joueurs formés à la Roma percer ? Cela dépend des qualités, et de comment il se forment. Comme Pellegrini que la Roma a fait revenir à la maison en payant quelque chose mais retrouvant ensuite un joueur qui a joué deux championnats avec Sassuolo. L’important est de sélectionner au mieux pour amener les jeunes de qualités. Mon expérience à Rome m’a aidé parce que je connais aussi l’environnement, même si dans quelques circonstances certaines choses ont changé. Roma est un environnement important, mais il faut être attentif à toute chose. L’environnement à Rome est particulier. Vaincre ici n’est jamais facile, mais pour ceux qui ont envie de bien faire, comme moi, on est bien accepter ».