Site AS ROMA

Di Bartolomei aurait eu 61 ans, voici son histoire

Ce vendredi d’avril est un jour un peu spécial pour tout Romanista, puisqu’il s’agit de l’anniversaire de son plus grand Capitaine dans l’Histoire : Agostino Di Bartolomei, il naquit le 8 avril 1955 et disparu le 30 mai 1994.  Focus sur l’Histoire d’un joueur incarnant la passion et le leadership mêmes.

Ses débuts
Tout comme Francesco Totti, Giuseppe Giannini ou encore Alessandro Florenzi, Agostino Di Bartolomei est natif de Roma, il a grandi dans le quartier de Tor Marancio, un quartier pauvre de la ville. Très vite, il intègre le centre de formation de la Roma et marquera son premier but contre Bologna en 1973. Son premier passage à Roma sera cependant un peu « vide » puisqu’il ne totalisera que 23 match en trois saisons et qu’il devra même alterner entre l’équipe des jeunes et l’équipe première. Suite à cela il part en prêt à Vicenza, alors en Serie B, pour gagner notamment du temps de jeu et acquérir de l’expérience. Il revient à Roma en 1976 pour ne la quitter qu’en 1984.

L’AS Roma
Durant toutes ces années, « Ago » s’est affirmé à son poste, devenant la référence et le capitaine de son équipe. Et non seulement il a contribué à former l’un des milieux les plus craints d’Europe, avec notamment Bruno Conti, Carlo Ancelotti ou encore Falcao (excusez du peu), mais il a aussi conduit son équipe vers le sacre italien en 1983 (le deuxième scudetto de son Histoire) et 3 coupes d’Italie (en 1980, 1981 et 1984). Se sera même lui qui mènera son équipe en finale de la coupe des clubs champions en 1984 face à Liverpool, perdue aux Penalty. Comme il l’a lui-même dit, c’était le match de sa vie. Il est difficile de lui donner tort puisque la Roma a joué sa seule finale de coupe des clubs champions mais aussi devant ses supporters !

Agostino sera LE Capitaine de la Roma, peut-être même le plus emblématique. Car même s’il était de nature discrète et plus réservé, il assurait le lien entre les joueurs et les dirigeants. Avec la Roma il jouera 308 rencontres (dont 146 en tant que Capitaine) et marquera 66 buts.
Cependant le temps passe et la Roma recrute un certain Erikson qui poussera (inexplicablement) Di Bartolomei à quitter la Roma. Il jouera son dernier match avec les giallorossi en finale de la Coupe d’Italie, gagnée contre Verona. Ce jour-là, les tifosi lui ont adressé un message en banderole : «Ti hanno tolto la Roma ma non la tua curva » (Ils te retirent la Roma, mais pas ta Curva).

Il part pour Milan, qui aurait essayer de le recruter quand il était jeune, et y jouera trois saisons. Mais l’arrivée d’Arrigo Sacchi le poussera à finir sa carrière dans des clubs provinciaux. Il prend à sa retraite en 1990. Il sera consultant pour la Rai pendant la coupe du Monde 1990 en Italie.
La fin d’une carrière, le début d’un mythe.

Si la carrière d’« Ago » fut belle et lumineuse, il n’en est rien pour l’après retraite. En effet, il semble qu’il ait commencé à faire une dépression, notamment à cause du manque d’opportunités que lui offrait le monde du football (il semble être oublié de tous, même la Roma ne semble pas lui proposer un poste au sein du club), mais aussi il fait de mauvais placement financiers, un magasin à Salerno qui ferme, … Tout ceci fait qu’il a mis fin à ses jours le 30 mai 1994 dans sa villa à San Marco di Castellabate. Il serait un peu dur et radical de dire qu’il s’est suicidé pour les 10ans de la défaite en coupe des clubs champions. Mais ce que l’on pourrait dire, c’est que ce jour-là c’était probablement la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.

Caractéristiques techniques

Grand, élégants balle au pied, avec une habilité technique et une parfaite vision du jeu, Agostino remplissait parfaitement les conditions pour jouer au rôle du regista. Il était même capable de faire une passe en profondeur que personne n’avait remarqué. Ce n’était pas le genre de joueur à courir pour courir, mais il courait intelligemment, et ses ballons longs arrivaient là où ils devaient aller. Il était au centre de chaque mouvement dans le jeu de la Roma.
Malgré son rôle, Agostino était aussi un « buteur » ou du moins créateur de but, puisque lors de la saison 1977-1978 il réussit à marquer dix buts, un chiffre dont beaucoup d’attaquants seraient fiers aujourd’hui. En outre, il avait une frappe suffisamment puissante pour pouvoir tirer de loin.

Il est considéré comme le plus grand Italien à n’avoir jamais joué pour l’équipe nationale. En effet, s’il a joué quelques matches avec la Nazionale des jeunes, il n’a jamais été appelé en sélection. Pas même au mondial 1982 gagné par l’Italie. Cela s’explique sans doute par le fait qu’on lui a préférer des milieux plus physiques que son flair.
On dit souvent que les leaders agissent dans l’ombre de la foule, Agostino Di Bartolomei remplissait aussi ses conditions.

Ciao Capitano dei Capitani !

Antonino