Site AS ROMA

Deux évènements qui changent l’histoire

Parfois certains évènements peuvent changer la face d’un match. Ce soir l’arrêt déterminant de Stekelenburg à 0-0, et l’entrée de Bojan à l’heure de jeu en font partie. Une victoire 2-0 dans la douleur, qui permet d’avancer et de travailler un peu plus sereinement.

Luis Enrique aligne une équipe surprise, avec notamment les présences de Cassetti et Taddei en défense, et la présence sur le banc de Bojan et Borriello. Et la Roma part plutôt timidement dans cette rencontre, laissant l’impression d’avoir du mal à s’adapter à ce terrain synthétique. Dès les premières minutes c’est même Novara qui se monte le plus dangereux à plusieurs reprises. C’est Lamela qui sonnera la première charge, suite à l’élimination de son adversaire, en frappant de loin mais sans trouver la faille. La défense se montre elle toujours plus fébrile, avec un Cassetti tout proche de l’expulsion avant même la demi-heure de jeu, et un Taddei manquant toutes ses passes. Outre Burdisso très solide, c’est Rosi qui se montra à son avantage dans cette défense. Son apport offensif semble grimper de match en match. S’il doit encore faire des progrès sur ses centres, sa profondeur se montre très intéressante. C’est d’ailleurs lui qui, lancé par De Rossi, tente une frappe croisée à l’entrée de la surface, mais Fontana repousse. Lors de cette première période c’est même Novara qui se procurera les occasions les plus franches, mais heureusement leur maladresse offensive leur fit défaut. C’est cependant la louve qui obtiendra la dernière occasion. Pjanic se bat sur le côté droit et récupère un ballon important. Il déborde et tente un centre, mais Osvaldo est devancé au dernier moment par un défenseur.

Une première mi-temps qui avait de quoi rendre inquiet tant la prestation fût brouillonne et peu convaincante. Malgré tout Luis Enrique repart avec les même joueurs. Et il semble que son discours ait porté ses fruits car les giallorossi reviennent avec de meilleures intentions. Gago continuent d’organiser le jeu et réalisent une prestation exemplaire. Greco, qui effectuait sa première titularisation de la saison, a laissé entrevoir des choses intéressantes. De Rossi quant à lui n’a pas eu l’envergure qu’il pouvait avoir en début de saison, et ne s’est pas vraiment montré à son aise dans un poste de relayeur. Le premier tournant du match arrivera à l’heure de jeu, quand le mister décide de faire entrer Bojan en place de Greco. Le petit espagnol va changer la face du match, en tentant tout d’abord deux frappes de loin qui mettra à l’épreuve le gardien adversaire. Le second évènement déterminant arrivera quelques minutes plus tard. Sur un corner giallorosso, Novara repart rapidement en contre avec un deux contre un à jouer. Meggiorini élimine facilement Cassetti sur la droite et entre dans la surface. L’attaquant oublie un coéquipier seul au point de penalty et frappe. Stekelenburg se couche et sauve la face du match. Seulement quatre minutes plus tard, à la 72ème minute, Lamela s’enlise à l’entrée de la surface, Gago récupère et transmet le ballon à Pjanic. Le bosniaque lève la tête et d’une louche trouve Bojan sur la droite. L’espagnol place une repise de volée imparable qui débloque la rencontre. Le but du break arrivera à la 75ème minute. Encore Pjanic à la baguette du corner, qui trouve la tête d’Osvaldo, qui inscrit son 5ème but de la saison, pendant que l’ex-lyonnais y va de sa 5ème passe décisive. Le score ne bougera plus.

Un score mérité, malgré qu’il mis du temps à se mettre en place. Trois permettant de vivre une trêve de façon plus sereine, et travailler plus tranquillement. Prochaine échéance dans 15 jours à l’Olimpico face à Lecce, pour se rapprocher un peu plus des premières places.