Destro, le profil-type de l’attaquant moderne

Mattia Destro est probablement la recrue la plus attendue de ce mercato estival. Arrivé pour un montant élevé, il devra notamment faire oublier la bonne saison dernière de Borini, et confirmer tout le bien que l’on peut entendre de lui. Voulu par Zeman, il est considéré par beaucoup comme le futur avant-centre de l’équipe d’Italie.

La formation à l’Inter

Fils de l’ex-footballeur italien, Flavio Destro, il est né à Ascoli, ville où son père a disputé la moitié de sa carrière (142 matchs sur 355). Ce n’est sûrement pas de son géniteur qu’il a obtenu son sens du but, puisque son « padre » jouait au poste de défenseur central. Il débute donc ses gammes de gamin dans sa ville de naissance, et est recruté par l’Inter Milan à seulement 14 ans. Très précoce, il remporte un Scudetto Giovanissimi et un Scudetto Allievi. Coéquipier notamment de Joel Obi et Davide Santon, il rongera son frein pour connaître l’équipe première concernant à ces deux autre coéquipiers. Malgré cela, il remporte le tournoi de Viareggio en 2008, et termine meilleur buteur du championnat Primavera avec 18 buts. Au total il inscrit 36 buts en 87 matchs. Qu’à cela ne tienne, le club neroazzurro ne lui fait pas confiance, et il ne disputera pas la moindre minute en professionnel.

Les débuts pro au Genoa

Destro se voit donc obligé de s’exiler, et profite de l’affaire-mercato Ranocchia. Le bomber italien rejoint le club du Genoa sous la forme de la copropriété l’été 2010. La blessure de Luca Toni en début de saison lui permettra de connaître la joie de la Série A a seulement 19 ans. Il ne lui faudra même que 6 minutes, le 12 septembre 2010 face au Chievo (défaite 3-1), pour inscrire son premier but parmi l’élite. Sa première saison sera plutôt bonne, puisqu’il disputera malgré tout 18 matchs, et inscrira 3 buts. Cela lui vaut le droit d’être racheté définitivement par le Genoa contre une somme globale de 4.5 millions d’euros.

L’explosion à Sienne

Malgré ces belles promesses, le club génois décide de le prêter à Sienne, contre 1.5 millions d’euros et l’option d’achat sur sa copropriété. Là encore il ne lui faudra que peu de temps avant de faire trembler le chemin des filets. Pour la première fois titulaire de la saison, le 25 septembre, il inscrit son premier but sur son terrain face à Lecce. Il s’affirmera petit à petit comme le buteur de l’équipe, et déjà comme un des meilleurs goleadors du championnat à seulement 20 ans. Il inscrira notamment deux doublés entre octobre et janvier, le premier face au Chievo (victoire 4-1), avec notamment un joli exploit personnel, et le second face à la Lazio lors d’une victoire 4-0. Le 25 janvier il marquera un but décisif, qui permettra à son équipe de rejoindre les demi-finales de Coupe d’Italie. Au total, il finira la saison à un score très honorable de 13 buts en 32 rencontres. Sienne fera donc valoir son droit d’achat sur l’option d’achat, mais le Genoa le rachètera finalement en totalité après négociation.

L’arrivée à l’AS Roma

C’est alors que le président du club griffoni promet son joueur à l’AS Roma, malgré les tentatives de la Juventus et de l’Inter. Des négociations longues permettront finalement à Destro de rejoindre la capitale italienne début août. Il signe pour un montant de 11.5 millions d’euros + 4.5 autres millions à payer l’été prochain, soit un total de 16 millions d’euros. Les copropriétés de Piscitella et Verre feront cependant baisser le montant d’environ 4 millions. Club qu’il choisit, d’après ses mots, pour Zeman, le club et le beau jeu. Il s’adaptera très vite, puisqu’avec seulement trois matchs amicaux à son compteur il inscrit déjà 6 buts, juste derrière les 8 d’Osvaldo. Il fait notamment ses débuts à l’Olimpico en match amical contre l’Aris Salonique, avec un but à la clé profitant de l’erreur du gardien adverse. Suite à son carton jaune reçu lors de la dernière journée de championnat, il est contraint de suivre la réception de Catane en tribune, et fera donc ses grands début officiels face à son club formateur, l’Inter. Positionné sur le côté droit, poste auquel il n’est pas habitué à jouer, il montre beaucoup d’envie et de fougue, mais aussi pas mal de maladresse. Il ne connaîtra pas non plus la joie de faire trembler les filets pour son premier match officiel à l’Olimpico, où il débute titulaire en pointe face à Bologne pour cause de suspension d’Osvaldo. Là encore beaucoup d’abnégation, mais une finition à améliorer. Contrairement à ses deux anciens club, il n’a donc pas encore réussi à débloquer son compteur au mois de septembre.

L’équipe nationale

Cela ne découragera cependant pas Cesare Prandelli, qui lui fait découvrir à son jeune âge l’équipe d’Italie. Destro est un habitué des équipes d’Italie de jeunes, puisqu’entre 2006 et 2012 il inscrit  29 buts en 47 matchs (de l’Italie U16 à l’U21). Il marque notamment 15 buts en 13 matchs avec l’Italie U20, et porte le brassard de capitaine en Italie U21. Il s’offre sa première titularisation avec l’Italie A cet été, face à l’Angleterre. Il ne marque pas, mais pèse lourdement sur la défense adverse et se crée plusieurs occasions. Sa bonne prestation lui permettra de faire son entrée lors du premier match de qualification pour la Coupe du Monde 2014, où il manque de peu le but de la victoire, et est de nouveau titulaire quelques jours plus tard face à Malte, où il inscrit son premier but en azzurro. Pré-sélectionné pour l’Euro 2012, il espère cette fois ne pas manquer le coche dans deux ans.

Son profil technico-tactique

Destro a le profil type de l’attaquant moderne. Son physique puissant lui permet de pouvoir se déplacer sur toute la largeur de la ligne d’attaque pour peser sur la défense adverse. Il peut à la fois jouer dos au but, profitant de son jeu de tête, ou bien prendre la profondeur, grâce à sa vitesse et ses déplacements. Il possède également une technique intéressante, et une grosse frappe de balle lui permettant de marquer dans de nombreuses positions. Son ex-entraîneur de Sienne dit qu’il peut également évoluer sur un côté. Malgré tout, Destro reste très jeune et avec une marge de progression très importante. Il devra donc prendre son temps à l’AS Roma et ne pas vouloir brûler les étapes trop vite. A Zdenek Zeman de bien gérer ce talent brut pour réussir à le faire exploser.