Site AS ROMA

« CSR On Tour », déplacement à Manchester

Pour le retour en Champions League, une délégation de la communauté Cesololaroma était présente à Manchester. Roma Club Liège, Roma Club Lille et Roma Club Bretagne (en création) étaient du voyage.

Les meilleures photos de ce déplacement (ICI).

Le voyage en terre anglaise commencera très tôt ce mardi (et même le lundi en fin d’après-midi, notamment pour un membre du Roma Club Bretagne, en cours de création, avec un trajet en train entre Rennes et Lille). Deux voitures partent donc de Lille, et plusieurs de Liège, pour converger vers Charleroi, ville où l’avion nous attend pour rejoindre la Grande-Bretagne. A noter grande surprise, l’avion Rayanair est composé à 90% des tifosi romanisti (un passage avec une veste de Man City a du bien se sentir seul), dont la majorité venait directement de Rome. Pour éviter de payer cher un vole direct Roma-Manchester, une partie des tifosi a décidé de réaliser cet escale pour réduire les coûts de trajet. Un vol aller qui se passe sans encombre, et atterissant même avec un peu d’avance. Une avance qui se fera vite oublier par le contrôle très stricte de la douane anglaise. Une fois passé cela, certains décident le choix de la facilité en rejoignant le centre-ville, tandis que la majorité chercha la gare (se situant proche de l’aéroport), pour rejoindre la ville en train. Sur le trajet, on rencontre un français (avec qui nous avions quelques contacts avec le déplacement) qui débarquait lui de Marseille, et qui rejoignait directement l’hôtel de la délégation de l’AS Roma pour aller chercher son billet du match grâce à ses relations. Le trajet en train se fait en compagnie d’une dizaine de tifosi romanisti. Un chant lancé fût très vite stoppé par l’arrivée de deux policiers pas vraiment content, et l’un d’eux qui déclare en anglais « Taisez-vous ! Le prochain qui chante, je le mets dehors ». Une autorité qui sera respecté sans rechigner. On discute alors avec l’un de ses tifosi, parlant plutôt bien le français, qui nous explique qu’ils seront ce dimanche à Turin, à Munich avec un déplacement organisé en train, et que la bande d’amis projette également de faire le voyage direction Moscou en décembre (malgré la difficulté au niveau du Visa). Arrivée dans le centre, vers 11h, direction le stade (pour avoir un premier aperçu de l’enceinte et récupérer certains billets) et l’hôtel (pour déposer certaines affaires).

Le groupe se divise alors en deux, une partie choisit d’aller rendez visite au stade « ennemi » de Manchester United, tandis que l’autre partie rejoint directement le centre-ville pour casser la croûte et se rafraîchir le gosier. Arrivée à une grande place de la ville, où l’on retrouve alors de nombreux romanisti, dispersé en petits groupes. C’est alors une Taverne, à l’ambiance bien locale, qui nous accueille. On est alors stupéfait de voir à chaque entrée de pub ou taverne des vigiles de sécurité (probablement du au match également), et la très forte présence policière, mais tout cela se passant de manière bon enfant. A l’intérieur de la Taverne, se mélange tifosi italiens et anglais, sans animosité particulière ni communion. Hot-dog pour certains, Hamburgers pour d’autres, et bien évidemment les pintes de bières locales qui vont avec. On constate alors le faible coût, puisqu’on s’en sort pour environ 7€ chacun, avec un plat difficile à finir et une pinte de bière (coûtant à elle seule 4,5/5€ en France). Après cela, retour sur la place où est initialement prévu un rassemblement des tifosi giallorossi vers 16h, pour ensuite un grand cortège en direction du stade. Ce dernier ne se fera finalement pas, les petits groupes de supporters étaient trop éparpillés à droite et à gauche. Certains petits cortèges se formeront donc, avec notamment l’un d’eux composé du Roma Club London/Roma Club Dublin et certains cortèges d’ultras. Pour notre part, courte séance shooping avant de retrouver l’hôtel (sur le trajet centre-stade), puis départ pour l’Ethiad Stadium. Notre première impression reste la même : Si l’enceinte est vraiment magnifique, les abords du stade laisse une ambiance froide, fait de béton et sans vie. Les bars typiquement anglais n’ont pas leur place aux abords du stade. En recherche d’une dernière pinte avant l’entrée au stade (avec sur le passage, la rencontre par hasard de Walter Sabatini, sortant fumée sa cigarette hors du secteur VIP du stade), on tente notre chance du côté de deux « fish & ships », mais en vain. Le gérant du second nous indique cependant de prendre la prochaine rue à droite.

On s’y dirige donc, à trois, et arrivons alors dans un lotissement, pour le coup typiquement anglais, avec de chaque côté de la rue trois bars, semblant être exclusivement réservés aux « fans citizens ». On cache alors nos signes distinctifs giallorossi et tentons notre chance dans l’un de ces Pub. A l’entrée, le vigile nous demande nos billets du match (probablement pour connaître le club que nous soutenous). Seul un de nous trois avait à ce moment son billet (les autres le récupérant avant l’entrée en tribune) et sans le savoir celui-ci était un billet du secteur « visiteur », chose que le vigile a probablement remarqué. Mais après quelques dizaines de secondes de négociations « Neutrally », « nous sommes neutres ». Sans être certain de l’avoir réellement convaincu, celui-ci accepte de nous faire entrer mais nous annonce la couleur « Je vous conseille de ne pas aller dans la pièce du fond. Si vous le faites et qu’il vous arrive quelque chose, je ne pourrais rien faire ». Le décor est planté. On rentre alors dans un local affichant clairement les couleurs de Man City, avec une population de tout âge. On enfile notre bière, avec la petite pointe d’adrénaline de voir une écharpe caché sous une veste tomber au sol. Suite à cela, on rejoint notre tribune : La majorité étant situé dans le parcage visiteurs (certains en bas, et d’autres à l’étage), et d’autres en tribune latérale (suite à la difficulté d’obtenir des places en parcage). Nous passerons sur le match, que chacun a pu voir de sa TV, avec une suprématie claire et nette au niveau des tribunes de la part de la Louve.

Sortie de stade, et petit passage devant la sortie de l’espace « VIP » de la tribune présidentielle, où nous prenons notamment quelques photos avec les jeunes de la Primavera, puis les dirigeants comme Italo Zanzi ou encore le président James Pallotta. Rencontre également (très courte) de Patrick Viera (entraîneur des U19 de City et commentateur pour BeIn Sports), mais surtout avec Philippe Génin. Le journaliste de BeIn a pris la peine de parler avec nous une bonne dizaine de minutes, malgré une grosse averse à un moment donné. Suite à cela, certains rejoignent directement l’hôtel, tandis que le reste de la troupe rejoint le centre-ville pour trouver quelque chose à manger. On constate alors que les Pub et Tavernes affichent déjà « portes-closes », tandis que les minettes bien alcoolisées et courtement vêtues sont de sorties en milieu de semaine. Seul le Burger King semble encore ouvert, où l’on retrouve là encore que des tifosi romanisti. Retour ensuite à l’hôtel pour certains, direction l’aéroport pour les autres directement. On manque alors le dernier métro pour quelques minutes, nous obligeant à rejoindre l’hôtel à pied (10-15 minutes), où l’on se rendra compte que ce dernier est placé tout proche de la rue des « filles de joie ». Quelques bières pour finir la soirée, et une douche version « ambiance disco », avant de dormir quelques petites heures. Levée à 4h du matin, pour trouver un taxi au pied de l’hôtel et rejoindre l’aéroport. On retrouve alors de nombreux romanisti, dont certains reprendront un vol direct pour Rome à 6h20, tandis que d’autres referont comme à l’aller avec une escale à Charleroi (départ à 6h30). Un vol (d’1h30) qui sera pour beaucoup très court, en dormant du décollage à l’atterrissage. Le retour se fait ensuite tranquillement, en voiture, vers Lille. Puis quelques heures de train à rajouter pour le membre venant de Rennes. Un déplacement laissant plein d’étoiles (celles de la Champions) dans les yeux) et présageant probablement de d’autres à l’avenir.