Creuser l’écart au classement, et mettre la pression

Avec 5 points d’avance sur l’Inter avant ce match, l’AS Roma a la possibilité de frapper un grand coup au classement, et poser une option plus que sérieuse sur sa présence sur le podium en fin de saison. Cela pourrait permettre aussi d’obtenir un 9ème succès consécutif.

.

La conférence de presse de Spalletti.

« Pjanic, Nainggolan et De Rossi OK ».

« A quel point jouerons les risques de suspension ? On a un nombre de joueurs qui nous permet de passer outre, les choix se font pour le match de demain. Si je m’attends à un Inter plus offensif ? L’Inter a joué tous les matchs pour gagner. Demain encore plus, ils veulent cette place au classement. On l’a fait nous quand on était à leur place, on le voulait, c’est dangereux qu’ils pensent pareil. Les conditions de De Rossi ? Milieu ou défenseur ? Il a toutes les qualités qu’ont les joueurs importants, des joueurs complètent son rendement avec de l’expérience, en plus de leur qualité. La disponibilité qu’il a déjà donné devient fondamentale, aussi bien en défense qu’au milieu. On le voit dans cette position là. Sans rien exclure, en prenant en compte le reste des joueurs de la rosa. Dzeko confirmé ou si je me tourne vers une attaque légère ? On va prendre tout le temps qu’on a pour réfléchir cette fois et les deux solutions sont possibles, les deux ont montré qu’elles fonctionnent. La formation, avec Dzeko ou un attaquant plus mobile, sera mise au point pendant l’entraînement du jour, dans la préparation du match avec le temps qu’il nous reste. Pallotta était à Rome et n’a pas réglé le cas Totti, puis il l’a démotivé de Boston. Si cette communication rend les choses plus dures ? D’après moi ce n’est pas bon. On risque de banaliser une des questions les plus importantes de l’histoire de cette équipe. La bonne chose à faire n’est pas d’aller demander son avis à tout le monde sur la question de Francesco. Il faut défendre, ne plus en parler, et donner le temps de pouvoir parler aux deux acteurs fondamentaux : Totti et Palotta. D’après moi c’est ridicule de porter l’histoire de Totti sur des journaux. Il faut qu’ils se rencontrent et qu’ils trouvent un accord qui les rend tous les deux heureux. Comparer l’histoire de Totti avec n’importe quel discours. Ce n’est pas correct. L’histoire de Totti c’est beaucoup plus. Ils doivent trouver une solution qui les rend heureux. On doit prendre acte de cet entretien, où on connaîtra la volonté de Totti. Moi j’arrête d’en parler, d’après moi vous devriez arrêter aussi, vous la banalisez. Comment pouvez-vous savoir ce qu’ils se disent ? Moi si je raconte des choses au téléphone, vous rapportez de mauvaises choses en suite. Gardons cette histoire au niveau d’importance qu’elle a, sans chercher des avis extérieurs. Mon opinion de la gestion d’un joueur qui reçoit des déclarations de Boston ainsi ? Ils doivent se parler, se rencontrer, approfondir cette question pour l’importance qu’elle a. Ni l’entraîneur, ni le DG ne peuvent intervenir. C’est tellement important que la solution doit venir d’eux. Pas sur la base de combien de temps le fera jouer l’entraîneur, il peut aussi avoir du plaisir en jouant 1 minute. Mon jugement n’a pas de valeur, je l’ai dit 10 fois. On prendra acte de leur choix.

Si j’ai vu Bayern – Juventus ? Si j’ai pensé à ce qui manque à la Roma pour ce niveau ? Si je dois trouver quelque chose pour améliorer la Roma, je regarde la Roma, pas la Juventus. Ce fut un bon match, avec des joueurs exceptionnels, la mentalité est dans les deux clubs de haut niveau. Cependant je suis content de ce que fait mon équipe, de ce qu’elle montre. Tout peut s’améliorer, il faut avancer et travailler, être ouvert au changement pour apporter de nouvelles choses et mettre en place les valeurs qui t’aident à rejoindre ton objectif. La Roma est déjà une bonne équipe, on peut travailler pour l’améliorer. Roma-Inter représente le retour des matchs entre Spalletti et Mancini, quels souvenirs j’en ai ? Je suis ému à chaque fois que la Roma rentre sur le terrain, ça me donne quelque chose de particulier, de fortes émotions. Qui joue avec une équipe ou l’autre reçoit toujours ce choc. L’Inter tu les crains un peu car ils ont de grands joueurs, un grand entraîneur, il y a eu de grands matchs, il y a un objectif pour les deux. J’espère que mon équipe sera à la hauteur de l’importance du match. On pourrait voir seulement 2 italiens sur le terrain, quel signal ça envoie ? Un peu de tout, ça dépend ce qu’on veut soutenir et à quoi on veut donner de la force. Le monde s’ouvre, il faut être à la hauteur de ce qui se propose à l’étranger si on veut des améliorations. Le fait de défendre le vivier est bon par moment, à d’autres non. Il y a des joueurs importants qui jouent à l’étranger et qui se sont honneur dans des matchs européens. Pour moi la meilleure solution est de s’ouvrir, d’apprendre, de se confronter. Si je dois être bon en abaissant le niveau, autant que quelqu’un d’autre prenne ma place. Je fais toujours référence au « si je reste c’est pour jouer le scudetto ». Si j’ai la force de m’opposer à des cessions ? Je ne vous parle pas de ce dont je parle avec le président. J’en ai pas besoin. Je dis que d’ici la fin du championnat il y a des matchs très importants pour le futur de tous. Il faut faire attention à bien les jouer. Dans le développement des matchs et la place à laquelle on finira, comme comportement, comme force d’équipe, il faut avoir un autre discours. Actuellement l’attention est dans le fait de mettre les qualités et les caractéristiques que l’on a sur le terrain. Que quelqu’un après veuille un joueur ça n’a pas de valeur pour moi, ce qui compte c’est le résultat. Le match de demain est très important, on doit arriver au bout à cette place, il y a deux bonnes équipes qui la veulent. On doit la défendre et regarder ailleurs. On aime la pression, on se la met tout seul, on la recherche. Je suis là pour tenter d’améliorer tous les jours le rendement de la Roma, on aime regarder devant.

Si j’ai l’objectif d’entraîneur la Nazionale un jour ? J’aime entraîner, j’ai essayé d’arrêter et j’ai pas reussi. C’est sûr que si c’est à un poste qui me plaît, c’est encore mieux. Quand tu as trouvé ça, on regarde le résultat à atteindre. La planification est ok quand tu es tranquille et que tu peux décider, aujourd’hui je suis dans une recherche qui outre la planification, l’équipe doit le savoir. Je ne dois donner aucun doute sur ma recherche du moment. Je parle seulement du classement à la fin de ce championnat, on doit arriver minimum troisième, c’est certain. Si quelqu’un perd des points, on devra arriver le plus proche possible. Je ne sais si tu voulais me faire un compliment mais je le prends. Si je l’entraînerai ? Oui. Le stade risque d’être un théâtre. Gabrielli a dit que pour lever les barrières les tifosi doivent revenir, comment on sort de cette situation ? Quel est le pourcentage des fautes ? Gabrielli a donné des ouvertures, il faut être prêt à ranger un peu son orgueil, caractéristique générale de l’Italien. Des mots on obtient ce qu’on veut, la solution se trouve ensemble. Je n’ai pas bien lu, il y a des nouvelles de dernière minute. Je n’ai pas la possibilité et je ne veux pas le dire, je ne suis pas à la hauteur, je ne connais pas la question à fond pour donner des tords. On est proche de la solution, il y a du bon sens. J’ai trouvé des joueurs avec du potentiel : si je suis fier d’avoir amélioré le rendement de joueurs comme Keita ? Une des choses qui donne le plus de satisfaction est la mise en évidence du travail à l’entraînement. Si comme hier moi en participant à l’entraînement je vois les joueurs dedans, qui se donnent, courent, recherchent l’attention, la disponibilité, l’envie d’aller au duel sans se faire mal et ne pas tomber dans les stupidités de dehors, c’est un resultat très important. J’ai un regret, les joueurs comme Keita ou Maicon, j’aurais aimé les entraîner plus jeune car je vois leur force mentale, ça aurait été magnifique. Où en est Strootman ? Si la défense à 3 n’est possible qu’avec De Rossi ? Strootman va plus en duel, il s’énerve toujours plus, vous parlez bien quand vous montrez son visage. Il fait peur, il lutte pour un coup franc, un but, pour tout ce qui est possible durant un petit match, il est spectaculaire. C’est le signe qu’il est très proche de retrouver toutes ses qualités. Puis il a besoin de jouer des matchs, des choses n’arrivent que dans les matchs en situation réelle. Sur ça, il doit se confronter au reste de l’équipe, il y a des joueurs qui jouent bien en ce moment et pas Strootman. C’est dans un moment où Pjanic devra souffler, ce qui n’est pas le cas. On essaie de faire le moins de cadeaux possibles et de tout prendre en compte. Daniele peut jouer de partout et l’équipe peut jouer de toutes les façons possibles, avec ou sans la défense à 3. On peut faire différemment.

 

.

Du côté de Trigoria

Le début de saison se montre bon, avec un bilan de 17 victoires, 8 nuls et 4 défaites (pour 61 buts marqués et 30 encaissés). A domicile, le bilan reste plutôt bon avec 10 victoires, 3 nuls (Sassuolo, Milan AC, Hellas Verona) et 1 défaite (Atalanta). Toutes compétitions confondues, ce bilan est de 11 victoires, 6 nuls et 2 défaite (contre le Real Madrid en Champions League). Si la Louve restait sur une série, à la maison, d’une seule victoire (Genoa, dernier match de 2015) en 4 matchs, la série en cours est de 4 victoires consécutives (pour 14 buts marqués et 3 encaissés). Mieux encore, sur les 8 derniers matchs, le bilan est de 8 succès, pour 24 buts marqués et 6 encaissés. Ce match, qui fût un classic du milieu de la décennie précédente, en dira beaucoup sur la lutte pour le podium en cette fin de saison, face à un Inter qui veut également retrouver ses lettres de noblesse.

Pour cette 30ème journée de Serie A, le mister toscan peut compter sur un groupe au quasi complet, puisque seuls Gyomber (blessé) et Castan (malade) manquent à l’appel. A l’inverse, Rudiger fait lui son retour de blessure (cuisse) réintègre le groupe. La seule incertitude est de savoir si cela sera avec ou sans Dzeko. Dans tous les cas, la Louve pourrait retrouver son milieu « fort » avec De Rossi, Nainggolan et Pjanic. On retrouvera aussi la charnière centrale avec Rudiger et Manolas.

Les convoqués de Luciano Spalletti face à l’Inter

.

L’adversaire du jour

L’Inter réussit indubitablement une meilleure saison que les précédentes, avec un total de 54 points. Leur bilan global est de 16 victoires, 6 nuls et 7 défaites; pour 39 buts marqués (6ème meilleure attaque) et 27 encaissés (3ème meilleure défense). Leur bilan à l’extérieur est plutôt équilibré, avec 6 victoires, 4 nuls et 4 défaites (Juventus, Fiorentina, Milan, Napoli). Cela montre aussi que les neroazzurri ont du mal face dans les grands matchs. Si l’on fait un championnat des 6 premiers du classement, les hommes de Roberto Mancini n’ont pris que 7 points en 8 matchs (soit sur 24 possibles). Si l’Inter reste sur 3 victoires consécutives (2 en championnat et un succès 3-0 face à la Juventus en Coupe d’Italie), la série en cours se montre cependant négative, avec 4 victoires, 2 nuls et 3 défaites sur les 9 derniers matchs. Soit 14 points sur 27 possibles. Dans le même temps, la Roma a pris 24 points sur 27 possibles. Et pourtant, tout avait bien démarré, avec seulement 2 défaites lors des 16 premières journées de Serie A.

Sur le mercato, l’Inter a eu quelques départs importants comme Kovacic (Real Madrid), Hernandes (Juventus), Andreolli (Seville), Shaqiri (Sunderland), Podolski (Galatasaray), Bonazzoli (Sampdoria), Obi (Torino), ou encore Kuzmanovic (Bale). Côté arrivée, on retrouve Murillo (Grenade), Mirando (Atletico), Kondogbia (Monaco), Biabiany (sans contrat), Jovetic (Manchester City), Perisic (Wolfsburg), Ljajic (AS Roma), Felipe Melo et Telles (Galatasaray). Durant ce mercato de janvier, seul Eder (Sampdoria) est arrivé. A l’inverse, sont partis Ranocchia, Dodo (Sampdoria), Vidic (fin de contrat), Guarin (Chine) et Montoya (Betis).

Pour ce samedi, le mister Mancini doit compter sur quelques absences de marque parmi son secteur offensif. En effet, si Palacio est suspendu, il faut rajouter Jovetic et Icardi qui sont eux blessés. Cela va donc limiter les choix du mister italien, qui pourrait malgré tout aligner un quator d’attaque composé de Biabiany, Ljajic, Perisic et Eder (qui n’a toujours pas marqué avec l’Inter. Au milieu, Brozovic et Medel chercheront à assurer l’équilibre.

Les équipes probables de l’AS Roma et l’Inter

.

Les dernières confrontations

2014/2015 : AS Roma 4-2 Inter (Gervinho, Holebas, Pjanic x2)
2013/2014 : AS Roma 0-0 Inter
2012/2013 : AS Roma 1-1 Inter (Totti)
2011/2012 : AS Roma 4-0 Inter (Juan, Borini x2, Bojan)
2010/2011 : AS Roma 1-0 Inter (Vucinic)
2009/2010 : AS Roma 2-1 Inter (De Rossi, Toni)
2008/2009 : AS Roma 0-4 Inter
2007/2008 : AS Roma 1-4 Inter (Perrotta)
2006/2007 : AS Roma 0-1 Inter
2005/2006 : AS Roma 1-1 Inter (Taddei)
2004/2005 : AS Roma 3-3 Inter (Montella, Totti, De Rossi)
2003/2004 : AS Roma 4-1 Inter (Cassano, Mancini, Totti, Mancini)
2002/2003 : AS Roma 2-2 Inter (Montella, Batistuta)
2001/2002 : AS Roma 0-0 Inter
2000/2001 : AS Roma 3-2 Inter (Assuncao, Montella, Montella)

Depuis le dernier scudetto de l’AS Roma, le bilan de cette confrontation est assez légèrement à l’avantage romanista : 6 victoires 4 défaites et 5 matchs nuls (pour 15 matchs). Entre 2000 et 2005 la Roma se montrait invaincu, avant que l’Inter reprenne le dessus avec 3 victoires consécutives. Depuis 6 ans la Louve se montre invaincue, avec 4 victoires (avec 4 buts marqués à deux reprises) et 2 nuls.

.

L’arbitre du match

L’arbitre de la rencontre sera Monsieur Orsato. Cet arbitre a un bilan positif avec les giallorossi, puisqu’on retrouve 8 victoires, 8 nuls et 3 défaites. Ces trois défaites furent obtenu à l’extérieur : D’abord lors de la défaite 4-3 face au Genoa (après avoir mené 3-0, match qui a coûté la place à Ranieri), la défaite à Lecce (4-2) avec Luis Enrique, et celle sur la pelouse de l’Inter (2-1) en fin de saison dernière. La saison passée, il a également dirigé le 1-1 face à la Juventus et le 2-2 du derby (doublé de Francesco Totti), tous deux à l’Olimpico. Cette saison, il était du succès 2-1 sur la pelouse de la Fiorentina, où il a expulsé en fin de match Mohamed Salah de façon contestable, et du dernier match de Luis Garcia avec le nul face au Milan (1-1). Orsato a dirigé 4 fois un match entre ses deux équipes (un à l’Olimpico et trois à San Siro) pour deux nuls et deux défaites envers les romanisti.

Twitter: @Romanista35 @Cyrilbaldassari