Photo tirée du site Asroma.com

Ante Coric s’est exprimé au micro de Roma TV :

« Mes premières sensations sur la ville et Trigoria ? Tout a été très bien, je me sens très bien dans un club aussi grand. J’ai hâte de démarrer. Mes qualités et mon rôle ? Sur les qualités, je veux les montrer sur le terrain, j’aime jouer comme milieu offensif ou milieu relayeur gauche. Si je ressemble plus à Boban ou Prosinecki ? En Croatie, on me compare à eux, tout comme pour Modric. On parle de très grands joueurs, mais je ne peux pas dire d’être comme eux. Je veux devenir comme eux et Modric, c’est un plaisir qu’on me dise que je joue comme lui. Le match de ce soir entre la Croazia et l’Angleterre ? J’ai hâte de voir le match, j’espère qu’on pourra obtenir un excellent résultat. Dans chaque cas, ça sera le meilleur parcours de toujours, en 1998 nous étions arrivés troisièmes, nous pouvons faire encore mieux. Nous aurons la TV durant le repas, comme hier où nous avions suivi France-Belgique. Nous sommes un pays de 5 millions d’habitants, mais avec beaucoup de talent. Je suis le plus jeune buteur de l’Europa League, mais j’ai déjà une grande expérience ? Pour ce qui concerne le football, je ne suis pas si jeune que ça, j’ai déjà joué 150 matchs, je veux en jouer beaucoup d’autres et rejoindre la barre des 300 le plus tôt possible. Je suis heureux d’avoir débuté très jeune, je le suis encore, je peux encore progresser et je veux remercier le Dinamo Zagreb, qui m’a fait jouer à 17 ans en Europe. Le choix d’avoir rejoint l’Autriche à 12 ans ? J’avais seulement 11 ans, ce fût un choix dur de quitter la Croatie, j’ai du commencer un nouveau parcours, j’ai appris l’allemand.

Mais ça a été le meilleur choix pour ma croissance, avec notamment la discipline. J’avais la tête au football à 12 ans, mais aussi à 5-6 ans quand je touchais le ballon pour la première fois. Je suis né dans une famille sportive ? Je tiens à souligner que je viens d’une famille de sportifs de grand talent, le plu talentueux était mon grand frère, mais c’était pas le bon moment. Mon autre frère, Josip, a joué pour quelques mois en Bosnie, aussi mon père est un excellent joueur. Je ne suis pas l’unique de la famille. Un coéquipier avec qui je parle plus ? William Bianda, nous sommes ensemble en chambre, on passe beaucoup de temps ensemble, il a été le premier avec qui je suis sorti en ville. Sur le terrain il y a De Rossi, il parle très bien anglais, c’est une très grande personne. Je veux le remercier, quand j’ai besoin de quelque chose il me demande toujours comment je vais. Parfois il me suggère de m’arrêter, mais je suis jeune, je ne pense pas pouvoir me permettre de me lamenter. Pourquoi avoir choisi la Roma ? Je l’ai dis, c’est un grand club. Quand j’ai entendu parler de la Roma, j’ai tout de suite dit oui. Pour ma carrière c’est un saut en avant. Un objectif pour cette saison ? Je serais content ne serait-ce qu’à faire partie de cette équipe, je le serais encore plus avec des minutes à ma disposition, mais je dois le démontrer à l’entraînement. Si j’ai suivi la Roma en Champions League ? J’ai beaucoup suivi la Roma en Serie A, j’ai vu Roma-Barcelone et j’en ai les poils qui s’hérissent à en parler. Je ne savais pas à ce moment que je serais venu ici, j’étais plus heureux qu’un joueur de la Roma ».