Continuer le parcours sans faute à l’Olimpico

Après avoir encaissé ce but à la dernière seconde sur le terrain du CSKA Moscou, les hommes de Rudi Garcia se remettent la tête au championnat, avec comme objectif d’aller chercher une troisième victoire consécutive en Serie A, mais surtout continuer cet excellent parcours à l’Olimpico, où le but sera d’aller chercher un 7ème succès en autant de matchs (et toujours aucun but encaissé).

.

La conférence de presse de Garcia.

« Seules 3 équipes en Europe ont fait mieux que nous »

« Maicon ? Quand il joue il met de l’impact physique et il aide beaucoup le jeu de la Roma sur le plan offensif. Il s’est entraîné avec le groupe, il sera convoqué et puis on verra s’il sera titulaire. Le post-CSKA ? Arrêtons avec ces bétîses, je suis là pour parler de choses importantes. L’équipe n’a rien à cacher. Mancini ? Il a gagné des titrés, pas seulement à l’Inter. Je n’aime jamais voir un entraîneur viré avant la fin de saison. Car quand une società fait un choix il semble le bon, parfois ça ne fonctionne pas à certains moments avec des mauvais résultats. Ca ne me plaît pas, pas seulement à l’Inter mais partout. Le facteur Olimpico ? Nous sommes dans notre jardin, c’est un stade important pour nous car il y a nos tifosi. Ils sont fantastiques, ils n’ont pas un stade pratique pour supporter car ils sont loin du terrain mais nous voyons par les stats que leur présence est importante. Ils sont fantastiques depuis que je suis arrivé, je n’ai pas de doute sur leur apport. Si le rendement de Gervinho me préoccupe ? Si on prend tous les matchs en compte, en incluant la Champions, il n’est pas en sous-régime. Pour juger Gervinho il fait regarder s’il a fait une assist ou participer à l’action. Dans 75% de nos buts,= il est présent, après ça ne veut pas dire qu’il est toujours bon. Par exemple à Moscou il ne l’a pas été. Ce n’est pas une excuse mais il a eu une allergie avant le match, j’en attendais plus de lui, comme d’autres. Quand on sait ce que peut faire un joueur, l’entraîneur attend toujours le maximum de lui. L’Inter et Strootman ? Sur Kevin il faut se demander quand il sera à 100%. Quand tu restes 8 mois sans jouer il est normal qu’il faille des entraînements et des morceaux de matchs. Mais on sait tous que c’est un grand joueur et que toute l’Europe le veut. Nous sommes très content de son retour, c’est un joueur fondamental et je suis content qu’il soit avec nous, aussi bien pour la qualité que pour la rage. L’Inter on ne peut la juger que sur deux matchs, elle a des joueurs forts et joue différemment, à 4 derrière. On a étudié ces deux matchs. On doit d’abord être la Roma et puis empêcher l’Inter d’utiliser ses forces. Trois attaquants plus Pjanic ? J‘évalue beaucoup de choses, si on joue à domicile ou pas, l’équipe adverse et ce qu’a fait mon milieu sur les derniers matchs. S’ils ont beaucoup joué et bien. J’évalue tout cela et je choisis le meilleur milieu. Pourquoi l’équipe cale en seconde période ? Je fais toujours attention à ne pas avoir une réflexion seulement sur les derniers matchs. Je n’aime pas parler de l’an dernier car c’est fini, ce n’était pas la même rosa ni la même équipe. Mais gagner 10 matchs de suite est exceptionnel, après 12 matchs on a que 4 points de moins que la saison dernière mais seul Real, Chelsea et Bayern ont fait mieux. Pas d’autres équipes en Europe on fait mieux que la Roma. Je ne suis pas là pour défendre l’équipe car il y a rien à défendre, juste les faits montrent que la Roma est une équipe en bonne santé. Il faut juste se concentrer sur dimanche car c’est un grand match, l’Inter a de bons arguments mais je sais que dans le vestiaire j’ai 30 joueurs prêts qui s’impatientent de retrouver le terrain devant nos tifosi. On fera tout pour gagner et bien jouer mais le championnat ne dépend pas de dimanche, c’est le match le plus important de l’année mais juste parce que c’est le prochain. On résonne ainsi, je suis assez content du rendement.

« Le vestiaire vit merveilleusement bien »

Ljajic ? Je fais en sorte de faire jouer tout le monde, le mérite leur en revient. Adem doit être décisif, il l’est en ce moment. Physiquement il va bien, c’est un joueur qui court plus et qui a cette capacité en plus. Il va bien et aide la Roma. Pour lui et les autres, j’en attends toujours plus. C’est mon rôle de les pousser à donner toujours plus. Il y a du chemin à parcourir, chacun a son histoire et et j’espère qu’il sera important pour la Roma et qu’on gagnera des titres ensemble. Ce qu’il faut pour passer au dessus du match contre le Bayern ? Je pense que c’est déjà le cas depuis un moment, le match d’après on a montré à la Sampdoria qu’on était prêts avec la tête et prêts à gagner. Sauf lors de la première mi-temps contre le Napoli, il n’y a pas d’autres matchs où j’ai des regrets, même pas en C1. Si l’Inter a changé d’esprit ? Le blason de l’équipe peut être un piège ? Quand il y a un nouvel entraîneur, il y a toujours un engagement particulier des joueurs, ils écoutent plus. C’est normal, s’ils ont mis la responsabilité sur le premier entraîneur, ça ne sera pas sur le second si ça va mal, mais sur les joueurs. Ils ont tout intérêt à être concentrés. C’est normal qu’ils luttent avec un esprit différent. Mais je sais pas, je n’ai pas vécu avec cette équipe. Je sais qu’ils ont des qualités et points faibles que nous devons utiliser en faisant un grand match. On est content de jouer devant notre public. Si demain seul le résultat compte ou la manière aussi ? Je signe des deux mains pour vivre un moment ainsi, gagner contre Torino et Atalanta et faire nul à Moscou. Je ne change pas ma manière de travailler, si on joue bien on a plus de chance de gagner. C’est cette équipe là qui a des résultats. Ca me va de jouer mal et gagner, c’est sûr, mais on doit avoir des résultats sur le long terme. Je suis là pour gagner aussi les autres matchs de la saison. Si quelque chose s’est cassé dans le vestiaire après le Bayern ? Quand je disais que trois équipes seulement avaient plus de point je ne parlais pas du championnat. La Juve a 3 points de plus et on sait tous comment. Si on avait gagné 1-0 à Moscou on aurait vu le résultat de City. Ca ne change rien, on devra gagner le dernier et avec une victoire 1-0 mardi rien n’aurait changé. Ils étaient tous énervés et ça se voyait sur le terrain depuis qu’on est revenu. Les joueurs je dois les stopper à l’entraînement et ça me plaît, ca veut dire qu’ils sont tous prêts. Ca fait 2-3 jours que j’ai 24 joueurs à l’entraînement, je ferai des choix mais je prie pour les faire toute la saison. Même Yanga-Mbiwa y sera demain et c’est une grande nouvelle. Objectif pour Noël ? Seulement les 3 points de demain, rien d’autres. Je sais au moins contre qui on joue avant Noël mais si vous me demandez les 3 premiers matchs de janvier je ne sais pas et ça m’intéresse pas. Après le CSKA les joueurs semblaient déçus, les mots de De Sanctis. Ca n’a froissé personne ? Morgan a fait quelque chose de fantastique. Ils étaient tous énervés et déçus et ça me plaît énormément de voir les joueurs ainsi. Puis Morgan et moi avons parlé avec déception mais le futur a ensuite montré qu’on ne pouvait pas se qualifier avec anticipation. Morgan avait oublié de dire qu’il était aussi coupable, pas plus que les autres. Sans erreur les matchs finissent à 0-0. Morgan a fait quelque chose de fantastique en disant que la faute était sienne aussi. Le vestiaire est uni et vit merveilleusement ensemble ».

.

.

Du côté de Trigoria

La Roma connait un début de saison avec quelques turbulences, mais qui reste très bon en terme de chiffres. En effet, après 12 journées, la Louve ne pointe qu’à 3 petits points de la Juventus, et a déjà distancé le Napoli de 6 points. Le bilan global (28 points), est de 9 victoires, 1 nul et 2 défaites. A signaler que ces 3 « non-succès », ont été obtenu sur les pelouses des trois meilleures équipes de ce début de saison : Juve, Naples et la surprenante équipe de la Sampdoria. A côté de ça, le bilan à domicile frôle l’excellence, avec 6 victoires en 6 matchs, pour 14 buts marqués et surtout 0 encaissé. Dernièrement, après avoir subit deux défaites sur les pelouses de Naples et du Bayern (2-0 à chaque fois), la Roma a su relever la tête avec deux victoires en championnat (Torino à domicile 3-0, Atalanta à l’extérieur 2-1), puis s’en est suivi ce déplacement à Moscou, avec l’égalisation du CSKA à la dernière seconde. Malgré cela, les hommes de Rudi Garcia conservent leur destin en mains pour cette Champions League, avant ce dernier match face à Manchester City à l’Olimpico. Si une victoire qualifierait la Louve à coup sur pour les 1/8 de finale, en cas de match nul il faudra alors sortir la calculette, car cela dépendra alors aussi du match Bayern-CSKA. Mais pour l’heure place au championnat avec cette réception de l’Inter, qui s’apparente à une bête blessé, mais dont l’arrivée du mister Mancini pourrait changer la donne.


Rudi Garcia a révélé la liste des 25 joueurs qui ont été convoqué pour la 13ème journée de Serie A, qui se jouera ce dimanche (20h45), face à l’Inter (sur BeIn Sports). L’infirmerie se vide un petit peu, puisque outre les absents de longue date, Federico Balzaretti et Leandro Castan, seuls Vasilis Torosidis (mollet) et Mapou Yanga-Mbiwa (cuisse, qui a repris l’entraînement individuel aujourd’hui) ne font pas parti de la liste. A noter notamment le retour depuis un mois et demi de Maicon parmi les convoqués, tout comme celui de Francesco Totti qui a purgé sa suspension d’un match

Concernant le onze de départ, De Sanctis gardera de nouveau la cage giallorossa. La défense centrale sera composé de Manolas et Astori, tandis que les couloirs seront pris par Maicon à droite et Holebas à gauche. Keita évoluera dans une position de sentinelle devant la défense, avec Nainggolan et Pjanic pour animer le jeu devant lui. Devant, le trident du moment sera composé de Destro en attaquant axial, avec Iturbe et Gervinho sur les côtés.

.

L’adversaire du jour

La saison de l’Inter est loin d’atteindre les attentes placés en cette équipe. En effet, après 12 journées de championnat les neroazzurri pointent à la 9ème place avec 17 points. Leur bilan global est de 4 victoires, 5 nuls et 3 défaites. En déplacement, cela est encore plus compliqué avec 1 seule victoire (1-0 à Cesena), 3 nuls (Torino, Palermo et Milan AC) et 2 défaites (Parma et Fiorentina). Pire encore, lors des 5 rencontres disputées loin de San Siro, les interistes n’ont inscrit que 2 buts (pour 6 encaissés). Et pourtant la saison avait pourtant bien débuté, avec une qualification à la phase de groupes en Europa League, et 4 matchs sans défaites en Serie A (2 victoires et 2 nuls). Cela s’est ensuite gâté petit à petit, avec notamment 2 victoires sur les 8 derniers matchs de championnat (3 nuls et 3 défaites). Cela se passe un peu mieux en Europa League, où après 5 journées l’Inter possède un bilan confortable de 3 victoires et 2 nuls (soit 11 points), l’assurant déjà de terminer premier avant même la dernière journée.

Sur le mercato, l’effectif de l’Inter a tout d’abord connu le départ de très nombreux cadres : Zanetti (fin de carrière), Cambiasso (Leicester), Samuel (FC Bâle) ou encore Milito (Racing). D’autres joueurs n’ont pas été conservé ou bien ont volé sous d’autres cieux comme Rolando (Porto), Mudingayi (fin de contrat), Wallace (Chelsea), Taddei (Southampton), Botta (Chievo) ou encore Alvarez (Sunderland). Côté arrivée, cela a été un peu plus calme. Outre les retours de prêt tel que Obi (Parma) ou Mbaye (Livorno), les neroazzurri ont vu l’arrivée de Vidic (Manchester United), Krhin (Bologne), Dodo (AS Roma), M’Vila (Rubin Kazan), Medel (Cardiff) ou encore Osvaldo (Southampton).

L’équipe sera composé demain de Handanovic dans la cage. La défense sera constitué par une ligne de 4 joueurs, où l’on retrouvera Campagnaro, Ranocchia, Juan Jesus et Dodo. Un trio dirigera le milieu de terrain, avec Medel dans l’axe, et Kuzmanovic-Guarin à ses côtés. En position de meneur de jeu, Kovacic aura pour rôle de soutenir la doublette d’attaquants composée de Palacio et Icardi.

.

Les dernières confrontations

2013/2014 : AS Roma 0-0 Inter
2012/2013 : AS Roma 1-1 Inter (Totti)
2011/2012 : AS Roma 4-0 Inter (Juan, Borini x2, Bojan)
2010/2011 : AS Roma 1-0 Inter (Vucinic)
2009/2010 : AS Roma 2-1 Inter (De Rossi, Toni)
2008/2009 : AS Roma 0-4 Inter
2007/2008 : AS Roma 1-4 Inter (Perrotta)
2006/2007 : AS Roma 0-1 Inter
2005/2006 : AS Roma 1-1 Inter (Taddei)
2004/2005 : AS Roma 3-3 Inter (Montella, Totti, De Rossi)
2003/2004 : AS Roma 4-1 Inter (Cassano, Mancini, Totti, Mancini)
2002/2003 : AS Roma 2-2 Inter (Montella, Batistuta)
2001/2002 : AS Roma 0-0 Inter
2000/2001 : AS Roma 3-2 Inter (Assuncao, Montella, Montella)

Depuis le dernier scudetto de l’AS Roma, le bilan de cette confrontation est assez légèrement à l’avantage romanista : 5 victoires 4 défaites et 5 matchs nuls (pour 14 matchs). Entre 2000 et 2005 la Roma se montrait invaincu, avant que l’Inter reprenne le dessus avec 3 victoires consécutives. Depuis 5 ans la Louve se montre invaincue, avec 3 victoires et 2 nuls.

.

Le duel du match

Morgan De Sanctis / Samir Handanovic : Un duel de gardien expérimentés. D’un côté De Sanctis, qui en est à sa 11ème saison complète en Serie A, et de l’autre Handanovic, qui en est à sa 8ème saison comme titulaire dans le championnat italien. Les deux ont un destin lié, puisqu’après avoir disputé 5 saisons en tant que titulaire dans la cage de l’Udinese, De Sanctis décide alors (à 30 ans) de quitter l’Italie et rejoindre d’abord le FC Seville, puis Galatasaray. C’est alors un petit jeune, venant de Slovénie et passé par divers petits clubs italiens, qui lui succède dans le Frioul. Handanovic prend alors la cage de l’Udinese à l’âge de 23 ans. Il y restera lui aussi 5 saisons. Cela lui permettra notamment d’attirer les yeux des observateurs de l’Inter, qu’il rejoint durant l’été 2012. Considéré alors comme l’un des meilleurs gardiens du monde, il sera à plusieurs reprises notamment courtisés par le FC Barcelone, mais l’Inter ne rompt pas. Pari gagnant puisque, malgré quelques petits passages à vide, Handanovic réalise deux excellentes saisons, et redémarre de la même manière celle-ci. Mieux encore, il reste sur une série impressionnante de 6 penalties consécutifs stoppés, dont le dernier ce jeudi face à Dnipro en Europa League. De son côté, De Sanctis retrouve la Serie A en 2009/2010, où il rejoint alors le Napoli. Fidèle à ces clubs, là encore il y restera plusieurs saisons, avec 4 années en tant que titulaire, où il remportera notamment une Coupe d’Italie et amènera les azzurri en Champions League à plusieurs reprises, sous la houlette de Mazzarri. Agé aujourd’hui de 37 ans, De Sanctis connait un début de saison un peu compliqué, notamment suite à une opération à l’épaule, qui l’a empêché d’être à 100% sur ce début de saison, ce qui explique que Skorupski a notamment disputé 3 matchs. Pas aussi décisif que la saison dernière, l’ex-international italien se montre pointé du doigts par les tifosi, notamment suite aux 7 buts encaissés contre le Bayern, ou encore ce but encaissé mardi sur la pelouse du CSKA à la dernière seconde. Ce Roma-Inter pourrait donc être un match de gardien…

.

L’arbitre du match

L’arbitre de la rencontre sera Mr Paolo Mazzoleni. Cet arbitre a dirigé à 14 reprises l’AS Roma pour un bilan de 9 victoires, 4 nuls et 1 seule défaite. Cette arbitre a dirigé à trois reprises la Louve la saison passée, à chaque fois à l’extérieur : Deux fois à Vérone, pour des succès au stade Bentegodi, face au Hellas Verona (3-1) et face au Chievo (2-0), puis face à la Fiorentina (1-0). C’est la seconde fois qu’il dirige les giallorossi cette saison, après la victoire (2-1) à Parma (grâce à des buts de Ljajic et Pjanic sur coup franc). Fait étonnant, Totti marque très souvent avec cet arbitre. Il a en effet scoré à 9 reprises en 12 matchs joués. Cet arbitre a expulsé un joueur giallorosso, le gardien Doni lors de la réception du Chievo. Il a également sifflé 5 penalty en faveur de la Louve, contre un en faveur des adversaires.

De son côté l’Inter possède avec cet arbitre un bilan de 6 victoires, 4 nuls et 2 défaites.

.

Les équipes probables

AS Roma (4-3-3):
De Sanctis
Maicon-Manolas-Astori-Holebas
Keita
Pjanic-Nainggolan

Iturbe-Totti-Gervinho

Remplaçants: Lobont, Skorupski, Emanuelson, Holebas, Somma, Calabresi, Keita, Strootman, Paredes, Uçan, Florenzi, Sanabria, Gervinho, Borriello, Destro.
Blessé(s): Balzaretti, Castan, Mapou, Torosidis, Curci.
Suspendu(s): /

Inter (4-2-1-3): Handanovic; Campagnaro, Ranocchia, Juan Jesus, Dodo; Guarin, Medel, Kuzmanovic; Kovacic; Palacio, Icardi.