Site AS ROMA

Cole: « Habitué à la pression, ici pour le scudetto »

Alors que l’entraînement de l’AS Roma a repris aujourd’hui, c’est Ashley Cole (passé par Arsenal et Chelsea) qui a suivi Seydou Keita, en se présentant devant la presse.

Italo Zanzi, administrateur délégué de l’AS Roma fait l’introduction de la conférence de presse : « Nous sommes très heureux de présenter un joueur aussi spécial : Ashley Cole. Quelqu’un qui a connu beaucoup de succès et qui possède une grande expérience, je n’ai donc pas besoin de faire une introduction trop longue, parce que sa carte de visite parle pour lui. Ashley Cole, bienvenue à la la Roma ».

Voici les questions posées à Ashley Cole.

Pourquoi avoir choisi de changer de championnat après tant d’année en Premier League ?
« Pour continuer d’additionner des présences en Champions League, arriver dans un grand club ambitieux qui s’est renforcé avec des joueurs d’expériences et de jeunes talents. Et puis c’est pour moi un grand défi, auquel je suis prêt à lutter pour une place dans une équipe et remporter des trophées ».

Qu’as-tu pensé de l’Angleterre au Mondial ?
« J’ai vu les matchs et cette fois d’un oeil de de tifoso, c’était une sélection très jeune avec des joueurs qui ont eu l’occasion d’accumuler de l’expérience et progresser. Les choses ne se sont pas bien déroulées, par rapport à nos attentes, mais cette expérience sera utile pour l’avenir. Il y a des notes positives, le futur est rose ».

Comment était ton rapport avec Mourinho ? Vois-tu des similitudes entre lui et Garcia ?
« J’ai toujours eu un bon rapport avec Mourinho, puis les années passent et probablement je n’étais plus utile à Chelsea. Mon agent m’a signalé la possibilité de venir à la Roma. Il y a eu des réunions avec le staff, j’ai apprécié l’affection de cette societa qui me considérait utile au projet et j’ai saisi cette opportunité. J’arrive dans un club ambitieux et j’espère vaincre ici. Il est prématuré de faire des comparaisons entre les deux entraîneurs, peut-être que dans six mois cela sera possible ».

Pourquoi la Serie A a connu peu de joueurs anglais ?
« Peut-être que ce sont plutôt les joueurs anglais qui ont peur d’aller à l’extérieur, je suis habitué à la culture anglaise et j’ai grandi dans ses centres de formation. Souvent, rester proche de la maison est un choix de la facilité. En ce qui me concerne, dès que j’ai su la possibilité de venir ici, j’ai tout de suite accepté. C’est aussi une opportunité pour sortir de Londres, pour jouer et me confronter avec une nouvelle langue, une nouvelle culture et un nouveau style de jeu ».

Sur le thème du racisme en Italie.
« Cette question m’a été posé plusieurs fois et il m’est difficile d’y répondre. J’ai vécu certains épisodes de façon directe et peut-être qu’il est le moment d’intervenir avec décision. Cependant ce n’est pas à moi de dire ce qui doit être fait et quelles sanctions il faut infliger. Ce sont des décisions qui doivent être prises par les hautes sphères du football. A moi, en tant que joueur, seul le fait de jouer au football m’intéresse et je reste hors de ces discussions ».

Ressens-tu la pression de cet environnement romanista ?
« Je ne crains pas la pression de vaincre parce que j’ai évolué 14 ans en Angleterre, en luttant toujours pour une place de titulaire et c’est ce que je veux continuer à faire. C’est un environnement spécial, je me suis très rapidement rendu compte de la passion et de l’amour des gens pour ce club. Mais cela est aussi le motif pour lequel je suis ici, vivre ces émotions profiter de profiter de la ville ».

Quelles sont les caractéristiques humaines d’un entraîneur à la mentalité gagnante ?
« Un bon entraîneur est bon dans la gestion des hommes, de faire tout donner aux joueurs sur le terrain avec l’envie de lutter jusqu’à la fin. Dans ma carrière, j’ai connu de grands entraîneurs comme Wenger, Scolari et Mourinho et je suis sûr que cela sera la même chose à Rome ».

As-tu parlé avec Eto’o?
« Non, j’ai seulement entendu ce qu’il se dit dans la presse lorsque j’étais à Londres. C’est un grand joueur et un grand buteur, s’il vient il améliorerait l’effectif. Cependant ce sont des décisions qui ne me concernent pas ».

Comment es-tu physiquement ? Comment se passe ton premier jour à Trigoria ?
« Je dois encore retrouver la condition physique, le premier entraînement s’est bien passé, cela a été une séance pour réactiver les batteries. La prochaine semaine nous irons aux USA, et à notre retour nous serons en bonne condition ».