Ces (15) derby qui resteront dans l’histoire

Alors que le derby approche à grand pas, le site Cesololaroma vous fait une petite rétrospective des derby qui ont marqué l’histoire de ces 20 dernières années, côté giallorosso. Des rencontres qui ont souvent basculé soit dans les 10 premières minutes soit dans les 10 dernières. Des matchs qui ont également souvent pris leur destin sur des penalties, ou avec des gestes et des images qui resteront à jamais dans l’histoire commune des tifosi giallorossi. Des rencontres où des hommes forts, et parfois (il faut le reconnaitre) totalement innatendus, ont su écrire la légende de ces matchs hors du commun.

1. Saison 1998/1999 (Lazio 3-3 AS Roma): On pourrait appeler cela un typique derby « zemanien ». Rapidement au cours de ce match Delvecchio (co-meilleur buteur dans l’histoire des derby) ouvre le score en milieu de première période. Alors que l’on pense que le match part sur de bons rails, le scénario va se transformer en ce qu’on a pu vivre à plusieurs reprises cette saison. C’est d’abord Roberto Mancini qui va égaliser quelques minutes après, avant de donner l’avantage à la Lazio à l’heure de jeu. C’est même Salas qui va enfoncer le clou à 20 minutes de la fin avec un penalty. Mais la Rome ne veut pas en rester là… Et Eusebio Di Francesco accroche le 3-2 à la 78ème minute, avant que Cesco Totti aille accrocher l’égalisation à la 81ème minute.

2. Saison 1999/2000 (AS Roma 4-1 Lazio): Premier derby sur le banc giallorosso pour Capello, qui met en place son 3-4-3. Le match démarre fort, très fort. Dès la 7ème minute, les romanisti prennent l’avantage par… Delvecchio. 4 minutes plus tard c’est alors un nouveau arrivant, Montella, qui met rapidement son équipe à l’abri. Dès lors il n’y a pu qu’une équipe sur le terrain, ce qui permettra à ces 2 buteurs d’inscrire un doublé : D’abord Delvecchio à la 26ème, puis Montella à la 31ème . 4 buts en 30 minutes ! Et pourtant on en restera là jusqu’à la fin de la rencontre. Du moins côté giallorosso, puisque Mihajlovic sauvera l’honneur peu après la pause sur penalty.

3. Saison 2000/2001 (Lazio 0-1 AS Roma): Un derby qui ne restera sûrement pas dans les annales de par la qualité du jeu produit, mais restera à jamais gravé dans la mémoire de tout tifoso giallorosso. Une année d’autant plus importante, puisqu’il s’agira du Scudetto giallorosso, face à la Lazio tenant du titre et sa grosse armada composé notamment de Peruzzi, Nesta, Stankovic, Nedved ou Crespo. Alors que le match se montre très fermé, et qu’on semble tout doucement se diriger vers un bon 0-0, c’est alors que Paolo Negro, défenseur central de la Lazio, surgit de nul pour… marquer un mythique but contre son camp. Un but qui sera utilisé en caricature pendant très longtemps, à commencer par Francesco Totti.

4. Saison 2001/2002 (Lazio 1-5 AS Roma): Même pour ceux qui ne l’ont pas vu en direct, ce derby est sûrement le plus célèbre des 15 dernières années. D’abord pour son écart et par le quadruplé d’un homme… l’aeroplanino. Une soirée qui sera également cauchemardesque pour Nesta, pratiquement dépassé sur tous les buts. Et une fois n’est pas coutume, le match va se débloquer très vite : Juste avant le premier quart d’heure Totti lance Candela sur le côté d’une talonnade. Le français centre pour Montella, qui devance Nesta de la tête. Juste avant la demi-heure de jeu, Totti part en slalom, dribble 3 adversaires et frappe, Peruzzi réalise l’exploit, mais Nesta immobile ne peut empêcher Montella de doubler la mise. Peu avant la mi-temps, Totti (intenable) tire un coup franc, et Montella devance de nouveau Nesta. Le calvaire du défenseur laziale s’arrêtera là, puisqu’il sortira à la mi-temps. Dès le début de la seconde mi-temps Stankovic tente de remettre les pendules à l’heure avec un coup franc qui trompe Antonioli. Mais la Roma repart, et Montella inscrit son 4ème but, d’une frappe du gauche à l’entrée de la surface. C’est Totti qui cloturera ce 5-1, avec une cuillère sur Peruzzi, dont seul lui à le secret.

5. Saison 2003/2004 (AS Roma 2-0 Lazio): Comme souvent, il s’agit d’un derby qui va se débloquer dans les 10 dernières minutes, cependant on retiendra un geste qui restera à longtemps graver dans les mémoires giallorossi. C’est alors que l’on semble se diriger vers un 0-0, jusqu’à cette 81ème minute. Sur un corner de Francesco Totti, le brésilien Amantino Mancini surgit de nul part, et place une Madjer aérienne, qui trouve le petite filet opposé de Sereni. Un geste qui sera alors surnommé le « tacco di dio », et qui fera très vite le tour du monde. Alors désorganisé et désorienté, les laziale vont sombrer avec la deuxième vague : Emerson crucifiera l’adversaire d’un soir, de façon définitive, en doublant la mise à la 86ème minute.

6. Saison 2003/2004 (Lazio 1-1 AS Roma): Un derby qui se sera joué en 2 temps. En effet lors de son premier tirage la rencontre sera stoppé en première période, suite à des rumeurs selon lesquelles un enfant aurait été tué par la police. Par mesure de sécurité, la rencontre est stoppé et reporté à date ultérieur. Pour cette reprise, le match va avoir du mal à se lancer, jusqu’à ce que Corradi, peu avant la mi-temps, donne l’avantage à son équipe. Mais ce n’est sans compter sur Totti, qui, à l’heure de jeu, trouve l’égalisation sur penalty, et nous gratifie d’une scène mythique, en allant se positionner en cameraman. Ce derby sera le dernier de l’ère Capello.

7. Saison 2005/2006 (Lazio 0-2 AS Roma): Le premier derby victorieux de l’ère Spalletti. Un derby qui restera mythique car, malgré la blessure de Totti, il permettra à l’équipe giallorossa d’enchainer une onzième victoire consécutive en Série A. Si c’est Taddei qui ouvrira le score à al demi-heure de jeu, sur une tête suite à un corner, on retiendra surtout le second but. En effet c’est le natif de Roma, Aquilani, qui inscrit son premier et seul but au cours d’un derby, peu après l’heure de jeu. Un derby où on retiendra l’image d’un Mexes venant jouir de son bonheur sous la Curva Sud, et le visage dépité de Di Canio sur le banc laziale. On se souviendra des scènes de liesse après la rencontre, sous la Sud, avec Totti porté en triomphe.

8. Saison 2007/2008 (AS Roma 3-2 Lazio): Un derby riche en but, où Totti manque de nouveau à l’appel sur blessure, et où étonemment Spalletti étonne avec une compo assez défensive, avec Tonetti milieu offensif gauche. Et cela n’empêchera pas la Lazio d’ouvrir la marque très vite par Rocchi. Mais Vucinic ne tardera pas à relancer sa squadra, moins de 6 minutes après l’ouverture du score. Mancini donnera l’avantage à la Louve, tout juste avant la pause, en inscrivant son second but dans un derby.  Et les giallorossi vont continuer ce début de seconde période sur cette dynamique positive, puisque Perrotta enfonce le clou à 3-1. Ledesma redonnera une once d’espoir à 20 minutes de la fin, mais le score en restera là.

9. Saison 2009/2010 (AS Roma 1-0 Lazio): Un nouveau score du plus court des écarts, avec un nouvel homme-derby. Et son histoire est encore plus belle, puisqu’il démarre la rencontre du banc de touche. Une minute avant la mi-temps, Mexes se blesse et doit alors sortir. Claudio Ranieri, qui dispute son premier derby, décide alors de replacer Burdisso dans l’axe (qui a démarré à droite) et fait entrer Cassetti sur le côté droit de la défense. Autre changement pendant la pause, le mister à l’audace de sortir Menez pour faire entrer Brighi. Et il faudra encore une fois attendre les 10 dernières minutes pour voir le compteur buts se débloquer. Et la belle histoire de la soirée arrive : Cassetti monte, récupère le ballon à l’entrée de la surface, et frappe : But ! 1-0 ! Une soirée qui restera à coup sur dans sa mémoire pour très longtemps.

10. Saison 2009/2010 (Lazio 1-2 AS Roma): Trois hommes ressortiront clairement de ce derby, mettant dans l’ombre les deux vrais romanisti Totti et De  Rossi. Alors que Rocchi ouvre le score peu avant le quart d’heure de jeu, le premier tournant du match aura lieu juste après la mi-temps, avec le mister Ranieri qui étonne : EXIT Totti et De Rossi (qu’il dira les avoir vu trop émotifs), IN Taddei et Menez. Un choix gagnant (premier homme du match), puisque quelques minutes plus tard, Vucinic transforme son penalty et amène l’égalisation. Il faudra signaler que juste avant cette égalisation la Lazio obtient un penalty et avait la possibilité de doubler la mise. Floccari(gore) s’élance et… Julio Sergio stoppe le penalty : second homme du match. Peu après l’heure de jeu, Menez provoque et obtient un coup franc intéressant. En l’absence de Totti, Vucinic prend le ballon et envoie une lourde de frappe qui amène le doublé : troisième homme du match. Ladesma récoltera même un carton rouge à la 89ème minute.

11. Saison 2010/2011 (Lazio 0-2 AS Roma): C’est l’histoire d’un derby de penalties. Le premier penalty est obtenu en tout début de seconde période. Borriello, en pleine forme en ce début de saison, prend ses responsabilité pour le tirer. Il ne tremble pas et donne l’avantage à son équipe. La Roma attendra la toute fin de seconde mi-temps pour doubler la mise sur… (de nouveau) penalty. Cette fois on change les interprètes, et c’est Vucinic qui le transforme sans broncher. Ranieri remporte alors son 3ème derby consécutive. L’image de De Rossi grimpant sur la grille de la Curva Sud restera mythique.

12. Saison 2010/2011 (AS Roma 2-0 Lazio): Le premier derby sur le banc d’entraineur de Montella. Un derby qui permettra notamment à Totti de retrouver ses lettres de noblesse. Le match a du mal à se débloquer, et à l’heure du jeu nous sommes toujours à 0-0. Le mister Vincenzo décide alors de sortir Menez, décevant jusque là, pour faire entrer Taddei à son poste. Un changement qui s’avérera gagnant, puisque la Louve obtient un coup franc dangereux à l’entrée de la surface. Et c’est alors que Totti décide de le transformer, pour inscrire un but en derby qui lui manquait depuis bien longtemps. Et il ne s’arrêtera pas là, avec comme but d’imiter le Vucinic de l’année précédente, qui avait inscrit un doublé « penalty-coup franc ». Et à la 92ème minute, Totti inscrit son 8ème but au cours d’un derby en transformant son penalty.

13. Saison 2013/2014 (AS Roma 2-0 Lazio): Le premier derby de l’ère Rudi Garcia. Un derby qui arrive dès la 4ème journée de la saison, soit à peine quelques mois après la traumatisante défaite en finale de Coupe d’Italie, un fameux 26 mai 2013. La Louve a alors démarré avec 3 succès de suite, et espère bien continuer son excellent début de saison. Si la première mi-temps se montre fermée, les romanisti tentent de mettre le pied sur l’accélérateur durant la seconde période. Le mister français décide alors de sortir Florenzi et fait entrer Ljajic (déjà buteur lors du match précédent à l’Olimpico), pour amener sa touche technique. Mais c’est un joueur totalement inattendue qui va alors débloquer le score. Sur un corner de Totti, Balzaretti se retrouve seul au second poteau et conclut d’une reprise de volée bien maitrisée. Le latéral italien fond alors en larmes, sous la Curva Sud. Mais le match n’est pas fini, et la Lazio tente de revenir dans le match. Il faudra notamment un retour héroique de De Rossi en taclant dans sa propre surface. Alors que le temps additionnel est dépassé de 4 minutes, Ljajic transforme un penalty qu’il a provoqué. Le tabou de la finale de coupe d’Italie est rompu !

14. Saison 2014/2015 (AS Roma 2-2 Lazio): Un peu comme la victoire en 2009/2010, avec le doublé de Vucinic et la parade sur penalty de Julio Sergio, ce derby aura vécu d’énormes émotions aux tifosi giallorossi, qui probablement n’y croyaient plus à la mi-temps. En effet, les biancoceleste marquent très rapidement par deux fois : D’abord par Mauri, puis par Felipe Anderson. Tout cela avant la demi-heure de jeu. Garcia tente alors le coup de poker à la pause : Exit Nainggolan et Florenzi, IN Strootman et Ljajic. Et le hollandais, qui retrouve petit à petit son meilleur niveau, va débloquer ses coéquipiers et relancer le match. Son centre au second poteau trouve un Totti seul, qui n’a plus qu’à assurer d’une frappe coup du pied. Tout est alors redevenu possible. L’Olimpico qui s’était glacé, reprend alors toute sa chaleurs. Ce but arrivé quelques secondes après la reprise redonne espoir. Et c’est encore Francesco, cette fois sur un centre de Holebas, qui effectuer une extension de la jambe, pour effectuer un gestion technique en pleine apesanteur, qui ne laisse aucune chance à Marchetti. Il en profite alors pour effectuer un Selfie, qui fera le tour du monde, sous la Curva Sud. Malgré le temps restant à jouer, environ une demi-heure, le score ne bougera plus. Un score de parité, qui aura cependant un goût de victoire.

15. Saison 2014/2015 (Lazio 1-2 AS Roma): Le match à enjeux à outrance. Alors que l’on est à la 37ème journée, l’AS Roma ne compte qu’un petit point d’avance au classement sur la Lazio. Le scénario est simple : une défaite giallorossa compromet fortement la qualification directe à la Champions League (en finissant second), le nul met la Louve en ballottage favorable (mais jouant tout au dernier match), tandis que la victoire assure avec certitude le précieux cesame. C’est alors un match crispé qui démarre, avec peu d’actions de chaque côté. Le score ne bougera pas durant toute la première période. Peu après l’heure de jeu, Rudi Garcia lance son coaching : exit Keita et Totti, IN Pjanic et Ibarbo. Et cela va grandement faire tourner la physionimie du match. Après avoir manqué une grosse occasion, Ibarbo est bien lancé par Pjanic. Le colombien centre alors pour Iturbe qui coupe la trajectoire et marque. La joie sera de courte durée, avant que Djordjevic trouve l’égalisation de la tête. C’est alors que l’événement arrive : Pjanic tire le coup franc lointain, et Mapou débarque d’une tête croisée qui trompe Marchetti. GAME OVER. La Roma laisse exploser sa joie, tout comme le mister français.