Photo tirée du site corrieredellasera.it

Fabio Capello, qui était vendredi soir en tribune de San Siro pour assister à Milan-AS Roma, deux équipes qu’il a coaché par le passé, s’est exprimé longuement sur cette rencontre dans un entretien au journal Il Romanista :

« La Roma a été moche à San Siro ? N’exagérons pas. En quel sens ? Je diviserais le match des giallorossi en deux tronçons. Lesquels ? Première et seconde période. Elles ont été très différentes. D’abord sur les 45 premières ? La Roma m’a peu plu, de fait est comme s’ils n’avaient pas joué, se limitant à regarder ce qu’il se passait sur le terrain. Quasi inévitable donc de rentre aux vestiaires en étant mené de manière méritée. La Roma que j’avais vu lors de la dernière saison était une équipe qui essayaient toujours d’imposer son jeu. Et la seconde période ? Une autre Roma même si pas extrêmement brillante. A la reprise la Roma a démontré une plus grande personnalité et des idées plus claires. Avant l’accident du but à la dernière seconde de Cutrone, la Roma avait récupéré le match et a même eu plusieurs fois la possibilité de le gagner. Et donc cela a été une question de système ? Je ne crois pas. Et puis la question des numéros des modules m’a un peu fatigué. Les résultats ne dépendent pas du système. Même si, par exemple, la Roma de la première période aurait du comprendre qu’il fallait jouer d’une autre façon. Et comment ? Le Milan s’était positionné sur le terrain avec une seule pointe. Jouer avec trois défenseurs a été du gâchis, cela ne valait pas la peine. Donc cela a été une question de système ? Encore avec ces modules… Pour gagner les matchs il faut d’autres choses. Lesquelles ? Courir. Tous et durant 90 minutes, le faisant avec agressivité et personnalité. Vous voulez savoir avec quel système devrait jouer la Roma ? Le 9-1. Trop défensif ? Je m’explique. Avec le 9-1 je veux dire que tous, je dis tous, sur le terrain doivent courir et se donner à 100%, autant en phase défensive que offensive. Les matchs peuvent se gagner ainsi, autrement tout est beaucoup plus compliqué.

Donc cette Roma est trop molle ? Il faut aller sur le terrain avec plus de conviction, d’envie et d’agressivité pour profiter à fond du potentiel qu’elle a. Et du potentiel je vous garantie qu’il y en a beaucoup. Puis il faut savoir éviter, ou du moins réduire, les erreurs, c’est une évidence. Il faut réduire au maximum les passes en arrière, cela n’a pas de sens et on risque de perdre le ballon avec les conséquences qui peuvent être délétères. Mais cela est un défaut trop fréquent dans notre football actuel. L’important est le comportement mental. Beaucoup d’équipes aujourd’hui jouent en visant à récupérer le ballon. Une idée avec laquelle je peux être d’accord. Mai une fois que ce ballon est récupéré, après il est nécessaire d’aller rapidement vers la cage adverse, seulement ainsi on peut profité de l’avantage d’avoir repris le ballon. En Italie il y a une équipe qui réalise parfaitement ce concept sur le terrain. La Juventus ? Non, la Sampdoria de Giampaolo, très bon dans le développement de ce concept. Quand ils prennent possession du ballon, ils prennent de suite la profondeur pour aller marquer, le symbole en est le premier but de Defrel contre le Napoli. Si j’étais à la place de Di Francesco, sur quoi je miserais désormais ? Di Francesco sait très bien ce qu’il doit faire, du reste il voit et entraîne les joueurs tous les jours. Je peux me limiter à un conseil de base : Di Francesco doit faire des choix, voir qui est en forme et qui ne l’est pas, évaluer le travail hebdomadaire et puis envoyer sur le terrain ceux qu’on a vu avec la meilleure condition physique, sans être conditionné par les noms et cv. Et ce que je dirais aux joueurs ? Qu’ils jouent dans un grand club comme la Roma, qu’il y a de grandes attentes dans un environnement qui respire giallorosso tous les jours. Et que, surtout, ils doivent aller sur le terrain mettant agressivité et envie de vaincre. Seulement ainsi se gagnent les matchs. Même si ces joueur vont sur le terrain avec le 9-1″.