Photo tirée du site Sport.sky_.it

Marco Borriello, ex-attaquant de l’AS Roma et désormais à l’UD Ibiza, s’est exprimé au micro de Sky Sport :

Borriello met un terme à sa carrière de footballeur, mais reste à Ibiza

« J’ai appartenu au Milan de 14 à 28 ans. J’ai fais partie du Milan lors des trois finales de Champions League. J’étais cependant, à l’époque, le 4ème ou 5ème choix en pointe. Le Milan voyait mon potentiel. Evidemment, cependant, il n’y avait pas d’espace pour pouvoir jouer parce qu’il y avait Shevchenko, Rivaldo, Rui Costa, Tomasson. Puis sont aussi arrivés Kaká et Ronaldo. Donc, agacé d’être sur le banc, je suis parti dans des équipes qui pouvaient me donner l’opportunité de pouvoir me montrer. L’année où je suis allé au Genoa, le Milan avait vendu la moitié de mon contrat, et je suis allé là-bas pour la première fois en copropriété. J’ai marqué 19 buts cette saison-là et en fin d’année le Milan a racheté la moitié de mon contrat pour 10 millions. Je suis de nouveau retourné à Milan, ce fut la saison avec Leonardo où j’ai joué titulaire et marqué 15 buts. Puis la Roma m’a acheté. La première année avec la Roma, le club était en mains de la famille Sensi. Mais durant ma période, le club a été vendu aux américains, qui voulaient des joueurs différents, faisant leur mercato. Donc, je suis devenu un problème, parce que je n’étais pas dans le projet technique et avec le salaire que j’avais personne ne pouvait me recruter. J’ai du changer d’équipe chaque année. Je connais les villes, j’ai visité l’Italie de long en large. J’ai eu énormément d’entraîneurs, aussi parmi les plus forts : Lippi, Prandelli, Ancellotti, Allegri, Conte. J’ai vu et assimilé de nombreuses méthodes d’entraînement. Ce bagage personne restera en moi et je voudrais le transmettre, peut-être en obtenant la possibilité de gérer la partie technique. Je voudrais participer au football d’en haut. Pas forcément comme entraîneur parce que je crois pas réussi à le faire, à affronter les mises au vert, horaires et règles pour 30 autres années. J’aimerais cependant être dirigeant, amenant mon ample expérience. Donc, j’attendrais quelqu’un me donne l’opportunité de le faire ».

Borriello: « Astori ? Son décès a changé ma façon de voir la vie »