Site AS ROMA

Borini: « Mon passage à Chelsea m’a fait grandir »

A deux jours du match important face à l’Inter, la recrue de 20 ans Fabio Borini, qui a joué à Chelsea, Swansea et Parme, s’est présenté aux journalistes en conférence de presse.

Tu as à peine 20 ans mais tu as déjà une belle expérience internationale, en étant passé par Chelsea, Swansea et l’Under 21. Qu’est-ce qui t’as le plus frappé dans cette nouvelle expérience à Rome ?
« J’ai été frappé par le nouveau cycle qui est entrain de se construire, avec de nouvelles idées, de nouveaux joueurs, vu que nous sommes beaucoup de nouveaux. Évidemment également la mentalité et l’attente qu’il peut y avoir autour de l’équipe, de l’entraîneur, comme on a pu le voir dimanche dernier. J’ai remarqué qu’en allant au stade avec le bus, il y avait beaucoup de gens qui s’arrêtaient sur la route. Tout est différent de ce que j’ai pu vivre à Parme ou en Angleterre »

Samedi soir l’attente sera forte pour le match face à l’Inter. Comment appréhendez-vous ce match, et quelle est l’équipe qui sera le plus à la recherche d’une identité de jeu ?
« Les deux équipes évidemment, mais nous chercherons à faire notre jeu. Comme nous avons nos idées, ils ont les leurs. Peut-être que les résultats ne sont pas venus rapidement cependant les idées sont là et elles sont bien claires, au moins de notre point de vue. C’est un grand défi et en Italie il est très important. Je pouvais seulement le voir à la TV il y a quelques temps, maintenant je pourrais le vivre »

Tu as débuté contre Cagliari et maintenant Luis Enrique te teste titulaire. Es-tu prêt pour jouer contre l’Inter ?
« De ce que j’ai pu comprendre depuis mon arrivée, il n’y a pas de titulaires fixe. Ceci ne se comprend pas, on ne sait jamais qui jouera le dimanche ou qui jouera le match en semaine. On s’entraîne tous au maximum, au maximum de notre potentiel sans savoir qui descendra sur le terrain. Donc tous les jours pour moi c’est la même chose »

En 2009 tu as débuté avec Chelsea, ensuite tu es allé à Swansea. Qu’est-ce qui n’a pas marché à Chelsea, pourquoi n’as-tu pas continué là-bas ?
« Il y a eu des problèmes avec la prolongation du contrat, on n’avait pas trouvé l’accord et on avait interrompu la négociation. De là s’est interrompu le rapport et j’ai dû chercher une alternative »

Beaucoup te comparent à Inzaghi, est-ce un joueur duquel tu t’inspires ? Et ensuite te sens-tu plus pointe centrale ou attaquant de côté ?
« Les comparaisons avec Inzaghi je les entends souvent, cela rend forcément fier parce qu’Inzaghi a gagné beaucoup, marqué beaucoup et joué autant. Donc il me fascine. Sur le fait de préférer jouer pointe centrale ou extérieure ce n’est pas à moi de le décider. Évidemment je suis né comme pointe centrale, mais je m’adapte comme attaquant de soutien ou un peu sur le côté. Je peux recouvrir tous les rôles de l’attaque »

Tu dis qu’il n’y a pas titulaires fixe dans cette équipe. Mais te sens-tu prêt à être titulaire dans cette Roma ?
« Je peux sentir n’importe quel chose, mais ce n’est évidemment pas à moi de décider qui est sur le terrain. Donc comme j’essayais à Chelsea de jouer le plus possible malgré les très grands champions présents devant, je ferai la même chose ici, comme je l’ai fait à Swansea et à Parme. Donc l’esprit que j’ai pu mettre par le passé ne changera pas ici »

Quels sont les coéquipiers qui t’ont le plus impressionné, qui représentent le billet de visite le plus beau dans cette équipe ?
« Évidemment Totti, je l’avais vu seulement à la TV. Je savais son histoire et tout ce qu’il a fait. Lorsque je me suis présenté je me sentais presque mal à l’aise. Connaître Totti me semblait impossible. Ensuite même connaître Daniele De Rossi, même Burdisso, beaucoup de très grands joueurs, à l’intérieur et en dehors du vestiaire. Donc cela fait toujours plaisir. Et jour après jour je me sens toujours plus comme faisant parti du groupe parce qu’ils me font me sentir comme chez moi »

La première place est-elle possible, comme certains coéquipiers l’ont dit ?
« Rêver est toujours possible. Cependant les idées qu’il y a et que nous avons sont je pense très bonnes mais il nous faudra du temps pour les mettre en acte parce que ce sont de nouvelles idées et évidemment lorsque il y a des changements cela met toujours un peu de temps à se mettre en place »

En connaissant Totti lors de ces jours, est-il le même joueur fondamental que tu voyais à la TV ? Est-il toujours le champion que tu admirais ?
« Oui, il est un champion et le restera toujours, un vrai fuoriclasse. Totti est, a été et sera toujours je pense, ici à Rome et dans le monde un champion »

As-tu parlé à Ancelotti après ton passage à la Roma ? Que t’a-t-il enseigné ?
« Personnellement je ne lui ai pas parlé, il m’a écrit en tant qu’ami et m’a référé qu’il était content de me voir à Rome. Et cela fait très plaisir d’entendre cela de la part de mister Ancelotti. Il m’a enseigné sûrement beaucoup,  cela a été lui qui m’a porté en équipe première à Chelsea, même après les premières périodes de difficulté dans une nouvelle ville, équipe et même dans un nouvel pays. C’était aussi plus facile pour parler en italien, il m’a enseigné tant de choses, m’a fait progresser, m’a donné des conseils. C’est un très grand entraîneur qui sait comme faire la relation entre les jeunes et le reste de l’équipe »

En ayant joué en Angleterre, penses-tu que d’un point de vue physique cela t’auras beaucoup apporté par rapport à ton jeune âge ?
« Je pense qu’en Angleterre il y a une mentalité différente dans le football et même dans la vie. Et selon moi c’est une bonne mentalité qui m’a fait grandir plus rapidement. Un de mes objectifs est de maintenir cette mentalité, parce que ce que j’ai rejoint lors de ces année est seulement grâce à la force d’esprit que j’avais et à cette mentalité que j’ai développé en Angleterre »

A Chelsea tu as joué avec Drogba et nous avons vu qu’avec Swansea tu as tiré un coup franc un peu à sa façon. Que t’a-t-il enseigné de jouer avec lui et quelles sont les caractéristiques que tu as appris de ce footballeur ?
« Le coup franc est une des choses que j’ai appris. J’ai passé un an environ après l’entraînement a essayé les coups franc avec lui, il m’enseignait aussi la technique et des petits trucs. Ensuite après j’ai aussi ma façon personnel. J’ai appris beaucoup de choses dans la surface, comment bouger, comment défendre le ballon, comment jouer certains gros matchs et marquer des buts importants. Donc ceci il le transmet très bien parce qu’il parle avec tous et si un jeune veut apprendre il est disponible à enseigner »

A Parme qu’est-ce qui n’a pas fonctionné ?
« Ce n’est pas vrai que cela n’a pas fonctionné, peut-être que c’est justement parce que cela a fonctionné que je suis venu à Rome (il rit). Je ne sais pas, je suis content de mon cours passage à Parme, où je pense avoir bien fait »

Tu as été formé à Bologne, mais tu as grandi en Premier League. Penses-tu avoir des difficultés à t’adapter au football de cette nouvelle Roma ?
« En Angleterre j’ai eu des difficultés à m’acclimater parce que j’étais petit et pas mûr. Je ne dis pas que maintenant à 20 ans je suis grand cependant avec l’expérience de l’étranger je suis plus mûr et l’acclimatation n’est maintenant plus un de mes problèmes vu qu’en six mois j’ai changé quatre fois d’équipes. Donc je suis forcé de m’acclimater rapidement, et donc d’apprendre de nouvelles méthodes rapidement parce que je ne peux pas attendre seix-sept mois avant de m’acclimater. Chacun a sa méthode. Cela dépend de qui tu es. Tu dois chercher toujours à reprendre ce que tu as bien fait avant, mais même dans la vie à la maison »

T’es-tu préfixé des objectifs pour cette année ? Personnels et d’équipe…
« Je me suis donné des objectifs, mais je les dis seulement aux personnes qui me sont proches. Je préfère ne pas le dire aux personnes extérieures »

Lorsque tu as su l’intérêt de la Roma. As-tu accepté rapidement ou as-tu eu des doutes vu que tu savais que tu aurais eu de la difficulté à jouer ?
« Les difficultés pour jouer je pense qu’il y en a partout lorsque tu arrives comme nouveau joueur, à moins que tu t’appelles Messi ou Cristiano Ronaldo. Les difficultés il y a partout, donc il faut jouer ses possibilités au mieux. J’ai su l’intérêt concrêt de la Roma quant j’étais avec l’Under 21, donc j’étais un peu loin des choses »

As-tu l’intention de te faire racheter par la Roma ?
« Mon objectif est évidemment de jouer à Rome car cela signifie jouer dans une grande équipe. Pour moi  à 20 ans jouer dans une grande équipe est un honneur et donc je l’espère. Ensuite c’est à moi de le montrer sur le terrain »

Tu as joué avec la Primavera de Bologne contre la Roma, où tu gagnas 2-0. Que te souviens-tu de ce match ?
« J’ai un souvenir dont j’ai raté beaucoup d’occasions (il rit). Seulement cela, j’ai joué ici à Trigoria, sur le terrain synthétique et c’était la première fois que je jouais contre la Roma. Si j’ai fait devenir fou les défenseurs ? Je ne le sais pas, je ne me rappelle pas qui étaient les défenseurs de la Roma. Cependant je crois avoir fait un bon match »

En Under 21 il y a beaucoup de garçons qui ont évolué au centre de formation de la Roma, t’ont-ils parlé ?
« Oui, je leur ai demandé comment était l’ambiance à Rome, comment était Trigoria, où il était mieux de prendre sa maison et toutes ces choses. Ils m’ont bien aidé, ils m’ont donné quelques conseils pour l’entraînement, sur les idées du mister, parce que ces choses ils les ont vécues. Évidemment l’idée je l’avais déjà même s’ils m’ont beaucoup aidé »

Pour aller à Chelsea tu as mis 5 secondes pour décider, et pour venir à la Roma ?
» (Il rit) Non, lorsque l’on décide d’aller jouer dans une grande équipe il n’y a pas besoin de beaucoup de temps. Cinq ou dix secondes cela ne change pas mais tu sais déjà qu’au moment où l’on te pose la question tu diras oui, même si logiquement tu dois prendre un petit délai de réflexion »

Quel a été ton premier contact avec l’Olimpico ?
« Je suis entré et après six secondes j’ai marqué. Cela ne pouvait pas mieux commencer, malheureusement il y avait eu hors-jeu. Malgré cela je pense avoir fait une bonne entrée. J’ai été surpris par les chants et l’engouement des tifosi, ils nous soutiennent toujours »