Amelia parle de son court passage à l’AS Roma et de De Rossi

0
270
Photo tirée du site Uefa.com

Marco Amelia (qui fête aujourd’hui ses 37 ans), ex-gardien de l’AS Roma (où il a été formé) et du Milan AC, mais aussi champion du monde avec l’Italie, s’est exprimé au site Tuttoseried.com :

« Quels souvenirs je garde de l’année du scudetto avec la Roma ? Quand on gagne, les souvenirs sont toujours beaux, cependant ça n’a pas été facile. La saison commença très mal parce que nous avions été éliminé immédiatement de la Coppa Italia contre l’Atalanta, et moi j’étais sur le banc lors du match aller et retour. Les tifosi ne supportaient déjà pas que la Lazio avait gagné le scudetto quelques mois plus tôt et cette déception amena une très forte contestation quand on rentra de Bergame. La società avait été bonne à remettre les pièces du puzzle en ordre et pour reconstruire le rapport avec le public. Capello a fait un travail extraordinaire et le groupe l’a suivi. Cette Roma n’était pas composé seulement de champions sur le terrain mais aussi d’hommes incroyables. L’unité a été fondamentale, surtout dans les moments difficiles, comme quand la Juventus est revenu tout près au classement et qu’elle pouvait nous doubler avec cette confrontation directe à Turin. Ce scudetto est parmi mes plus beaux souvenirs : pas seulement pour moi, mais aussi pour tous les coéquipiers de l’époque, dont beaucoup ont gagné des titres aussi ailleurs, qui m’en reparle toujours de manière spéciale. Vaincre à Rome te donne des sensations qui sont exponentielles par rapport à ce que tu peux ressentir en gagnant à Milan ou à Turin, du côté Juve.

Si je regrette d’avoir quitté si jeune la Roma et de ne jamais avoir porté le maillot giallorosso ? J’étais tellement bien à Livorno que je n’ai pas tellement ressenti cette grande désillusion. Je l’ai pris comme une possibilité de pouvoir exploser, j’ai salué la Roma avec l’espérance que cela soit seulement un « à bientôt », et les années d’après j’espérais pouvoir revenir. Lors de nombreuses sessions de mercato j’ai mis la Roma en tête de mes espérances. Cependant, cela ne s’est jamais concrétisé et il n’y a jamais eu de vrai négociation. Peut-être seulement une fois, avec Pradè, qui fut une possibilité, cependant les giallorossi étaient en difficulté économique et mon contrat appartenait à un autre club, donc je ne pouvais pas arriver à paramètre zéro. Au final je n’ai aucun regret, ma carrière a été celle qu’elle a été et j’espère retourner un jour à Rome, peut-être comme entraîneur, parce que ça serait la possibilité de fermer un cercle. Un jour De Rossi pourrait aussi être entraîneur ? Quand il arrêtera, le plus tard possible, il deviendra sûrement un entraîneur important parce qu’à son poste il comprend parfaitement comment se déplace toute l’équipe. Même la carrière de joueur compte, parce que si tu as un certain caractère alors tu réussis à importer cela d’une certaine manière ».