Site AS ROMA

A l’année prochaine…

Après avoir corrigé Cesena à la maison, la Roma se déplacait à Turin pour y affronter la Juventus en Coppa Italia, pour le compte des 1/4 de finale. Et la recontre a vite tourné à l’avantage des turinois, qui l’ont finalement emporté 3-0.

Les tifosi des deux équipes s’attendaient à un gros match. Il n’aura eu lieu qu’à moitié. Dès le coup de sifflet, la Juventus attaque et Borriello se montre entreprenant. Mais Heinze veille sur l’ex-giallorosso et ne lui laisse rien passer. Mais le danger arrive de l’autre côté, où sur une ouverture magnifique, Giaccherini se retrouve seul face à Stekelenburg et crucifie le romain. 1-0 pour la vieille dame, nous jouons depuis 6′. Le ton est donné. La louve veut réagir mais ne peut pas. La tactique employé par Conte est parfaite, la Roma est étouffée, elle n’arrive pas à développer son jeu et les errances de Taddei et Kjaer ne sont pas pour la rassurer. La Juventus joue elle sans complexe, et ses ailiers font très mal à chaque accélération. Et c’est le moment que choisi Del Piero pour montrer qu’il est toujours – si certain en doutait – un monsieur du calcio. D’abord à l’origine d’une superbe action en une-deux avec Marrone puis en chipant un ballon à Taddei, repiquant dans l’axe et décrochant un enroulé qui enlève la toile d’araigné de la lucarne droite romaine. Les bianconeri ont fait le break à la demi-heure de jeu. Mais la Roma veut réagir, elle se procure dans la minute qui suit un très bon coup franc, tiré dans le mur par Totti. La Juve recule, laisse le ballon à la Roma et gère son avance. Lorsque la mi-temps est sifflée on se dit que Luis Enrique a du pain sur la planche à la mi-temps tant le jeu romain a été pauvre mis à part 2-3 actions de soliste de Lamela pas toujours bien suivi.

Mais l’entraineur romain ne se décourage pas, et il semble avoir insuflé une énergie nouvelle à ses joueurs à la reprise. Les romains sont en place, bougent mieux, et semblent plus entreprenant tout en étant plus solide. Et jusqu’à la 60′, la Roma sans vraiment inquieter Storari, se procure des opportunités. Mais elle ne met pas assez d’intensité dans son jeu et petit à petit, sous l’impulsion d’un superbe Pirlo ce soir, la vieille dame se reveille et reprend son contrôle du match. A partir de là, le match est fini. La louve essayerait tant bien que mal de sauver les meubles et d’aller vers l’avant mais la Juve est trop forte, trop organisée pour elle ce soir. Et la frustration se fait ressentir, par Lamela notamment, expulsé pour un mauvais coup sur Chiellini devant l’assistant à la 68′. La Roma à 10 ne fera pas guère qu’à 11. Elle tente de tenir défensivement mais il faut des miracles (ou des poteaux) pour que le ballon ne franchisse plus la ligne giallorossa sur les offensives de Lichsteiner, Matri ou Quagliarella. Les deux derniers étant rentrés en cours de jeu pour Borriello et Del Piero. Mais on est loin de Rome et du Pape et les miracles ne durent pas éternellement. Ainsi à la 89′, suite à un bon travail de Quagliarella, Kjaer coupe la trajectoire et devie le ballon dans ses filets. Action décrivant parfaitement l’impact sur son équipe du danois aujourd’hui, plus dangeureux que rassurant. L’arbitre porte son sifflet à la bouche et libére les joueurs.

Dans le duel des équipes à 9 Coppe, la Juventus a su joué parfaitement le coup et faire disparaitre une Roma qui restait pourtant sur une série très positive en Serie A. La rencontre sera à oublier dimanche à Rome contre Bologne. Quant à l’étoile argenté, synonyme de dixième victoire en Coppa italie, rendez-vous l’an prochain…