8 jours décisifs commencent à Vérone

Avec 7 matchs nuls en 10 rencontres sur l’année 2015, l’AS Roma doit impérativement retrouver le chemin du succès. Par chance, cela se passe jusqu’ici mieux à l’extérieur, avec 4 victoires et 2 nuls sur les 6 dernières sorties. Ce déplacement à Vérone s’annonce primordial, avec le retour d’Europa League à Rotterdam et le choc contre la Juventus à la maison.

.

La conférence de presse de Garcia.

« On parlera de la première place si on gagne »

« Comment on motive le vestiaire dans ces moments ? Il se motive avec le match qui vient, il faut juste gagner et tout donner. On doit faire en sorte de gagner pour dépasser ce moment dans lequel on ne fait que des matchs nuls. Ma première motivation est que l’équipe ne perde pas confiance en ses forces, quand une équipe ne prend plus de risque elle n’a plus toutes les opportunités pour gagner. Je travaille sur cela en leur montrant ce qu’on a fait dans un passé récent. Demain est encore plus important vu la victoire de la Juve ? Non, il faut juste tout faire pour gagner. Il faut se taire car tant qu’on ne gagne pas ça ne sert à rien de parler de la 1ère place. Ce qu’a dit Sabatini on le pense tous, on fait tout pour défendre la deuxième place, ce qui est la meilleure façon d’attaquer la première. A -10 avec un match en moins on doit juste parler de Verona. La différence entre Juve et Roma se résume dans le fait de gagner quand le jeu n’est pas présent ? Je ne peux parler que de la Roma, hier leur victoire est arrivée sur un coup de génie d’un champion. On a aussi des joueurs qui en sont capables quand tout va bien, on doit retrouver cela car on a de bons joueurs. Pourquoi il n’y a plus d’exploit individuel ? Ils l’ont fait et savent le faire. Puis tout le monde doit revenir à 100% et ne pas perdre la confiance. On a pas seulement de grands hommes, mais de grands joueurs qui peuvent changer un match. Ils le font mieux quand ils se sentent forts et c’est vrai que peu importe ce qui arrive dans un match ils savent qu’ils peuvent le corriger. Collectivement et individuellement. Sur le mercato de janvier ? La responsabilité d’avoir une Roma deuxième est celle de tout le monde, comme la sortie de la C1. Les choix que j’ai dans mon effectif sont très bons, on ne peut pas gérer le timing cependant. On savait qu’on aurait deux joueurs à la CAN et au niveau du timing on a été pénalisé car Ibarbo s’est blessé après deux jours. La responsabilité des résultats est pour tout le monde, pas une seule personne. On est aussi tous responsables des bonnes choses. 

« Que la Roma devienne aussi grande que la ville en elle-même »

Si je ressens les tifosi plus sévères envers moi ? Vous pouvez parler pour la presse mais pas pour les tifosi, je fais en sorte d’apporter du jeu et des résultats pas seulement sur une courte période mais surtout pour le futur. On ne travaille pas pour cette année seulement mais pour construire une grande rosa dans le futur, il suffit d’aller en ville pour voir qu’elle est vieille et nous donne beaucoup de force avec sa grandeur. Nous espérons que la Roma devienne ainsi, on ne travaille pas pour gagner un scudetto tous les 30 ans mais pour lutter pour le titre tous les ans. On est peut-être en avance sur cela mais c’est mieux de travailler en avance. On attend pas le stade ou les sous en plus, on fait en sorte de rester en haut. On a un moment difficile, c’est sûr, et peut-être est-ce normal vue l’histoire de l’année. On est beaucoup plus forts si les joueurs sentent la confiance autour d’eux et je dis sincèrement que ça serait une très bonne chose pour tout le monde, pas seulement la Roma, si cette équipe avait le succès qu’il faut. Dans le futur si tout le monde comprend qu’il faut avoir un avis critique mais objectif. Si on abaisse le niveau de confiance on ne va pas sur le bon chemin. Pourquoi l’équipe se place aussi bas ? Il faut remettre dans le contexte. Ce n’est pas parce qu’on gagne et qu’on décide d’être compacte pour jouer le contre, que l’on doit défendre derrière nos cages en laissant le ballon sans pressing. Contre Feyenoord ça pouvait être humain, mais ça fait quelques matchs qu’on prend le premier but sans gagner ni perdre. Contre Cagliari on a doublé le score mais contre Feyenoord c’était humain de défendre le résultat, mais en faisant ainsi on donne plus d’opportunités à l’adversaire. on espère ne pas prendre de but hors-jeu à chaque fois et ce n’est pas qu’on recule trop, mais depuis une position reculée on doit avoir un bloc compacte. Quand verra-t-on la Roma à un très haut niveau ? Il va falloir du temps mais on travaille pour cela. Le président arrive fin février et il répondra lui. Je ne peux parler que du secteur sportif mais il y a une relation entre résultats et situations économiques. Le président gère tous les leviers pour que la Roma arrive où tout le monde la veut, très haut toutes les saisons en Italie et en Europe. Il sait mieux que moi combien de temps il faut. Si je me sens mis en discussion par les joueurs ? Il faut leur demander… Je ne vois pas de changement dans leur attitude envers moi.

.

.

Du côté de Trigoria

On constate souvent qu’en période de crise, les résultats sont souvent meilleurs en déplacements qu’à domicile, et cela semble se confirmer également pour l’AS Roma. Si les joueurs semblent tétaniser dernièrement au Stadio Olimpico, on a le sentiment de voir plus de valeur de solidarité et d’amnegation à l’extérieur. En effet, depuis le revers à Naples (2-0), le bilan en championnat est de 4 victoires et 2 nuls (Palermo et Fiorentina), à chaque fois sur des terrains historiquement hostile. A noter que depuis le début de l’année 2015, le bilan est de 2 victoires, 7 nuls et 1 défaites (Fiorentina en Coupe d’Italie). L’objectif est donc de panser les plaies, en continuant se bon parcours à l’extérieur (globalement de 6 victoires, 3 nuls et 2 défaites depuis le début de saison. L’objectif de ce match est de conserver l’écart de 7 points avec la Juventus, et de conserver (ou augmenter) l’actuel écart de 5 points avec le Napoli. 

Rudi Garcia a révélé la liste des 22 joueurs qui ont été convoqué pour cette 24ème journée de Serie A, qui se jouera ce dimanche à 15h contre le Hellas Verona (BeIn Sports 2). L’infirmerie reste bien garni, puisque outre Leandro Castan et Federico Balzaretti, Kevin Strootman (genou, saison finie), Juan Manuel Iturbe (genou, 1 semaines) et Victor Ibarbo (mollet, 3-4 semaines) sont également OUT. Utilisant en ce moment des facteurs de croissance pour soigner son genou, Maicon pourrait être absent encore une semaine. Pour le reste, pas de surprise, avec un groupe quasiment identique aux derniers matchs. A noter par contre la présence de Gianluca Curci comme troisième gardien. Daniele Verde et Tonny Sanabria profitent de nouveaux des absences pour se faire une place.

Concernant le onze de départ, De Sanctis gardera de nouveau la cage giallorossa. La défense centrale sera composé de Astori et Manolas, tandis que les couloirs seront pris par Torosidis et Holebas. Keita évoluera juste devant la défense, avec Nainggolan et Pjanic autour de lui. Devant, le trident devrait être composé de Ljajic, Doumbia et Gervinho.

.

L’adversaire du jour

Révélation de la saison passée, le Hellas Verona chute dangereusement vers la zone de relégation. En effet, les hommes de Mandorlini pointent à la 16ème place, avec 24 points en 23 matchs. Leur bilan global est de 6 victoires, 6 nuls et 11 défaites (26 buts marqués contre 42 encaissés). Cela est légèrement mieux à domicile, où le bilan est de 4 victoires (Palerme, Cagliari, Parma, Atalanta), 2 nuls (Lazio, Genoa) et 5 défaites (Torino, Chievo, Sampdoria, Fiorentina, Milan). Tout comme au goalaverage, avec 15 buts marqués et 17 encaissés). Mais c’est surtout la situation actuelle qui inquiète grandement, avec un total de 5 revers lors des 6 derniers matchs (Coupe d’Italie incluse), dont 3 défaites consécutives. Lors de ces 5 défaites, le Hellas a encaissé pas moins de 20 buts, soit en moyenne 4 par match. Depuis le début de l’année 2015, le bilan global est de 2 victoires, 1 nul et 5 défaites.

Sur le mercato, l’effectif de Verona a connu quelques mouvements importants. Côté départ, certains prêts n’ont pas été renouvelé comme Marquinho (AS Roma), Donadel (Napoli), ou encore Cirigliano (River Plate). Quelques départs sont aussi à noter comme Cacciatore (Sampdoria), Martinho (Catania), Maietta (Bologna), Donsah (Cagliari), Romulo (Juventus) ou encore Iturbe (AS Roma). Côté arrivées, on retrouve en expérimenté Marquez (Leon), Saviola (Olympiakos), Obadi (Monaco), Christodoulopoulos (Bologne), Nené (Cagliari) ou encore Brivio (Atalanta). Ce mercato a également été conforté par l’arrivée de quelques jeunes, tel que Nico Lopez (Udinese), Tachtsidis (Genoa), ou encore Sorensen (Juventus). Peu de changement en janvier, avec les arrivées de Fernaninho (Gremio) et Pisano (Palermo), pendant que Gonzalez (Cagliari) et Nené (Spezia) sont partis.

L’équipe sera composé demain de Benussi dans la cage. La défense sera constitué par une ligne de 4 joueurs, où l’on retrouvera Pisano, Moras, Marquez et Brivio. Les 3 milieux de terrain axiaux seront Ionita, Tachtsidis et Hallfredsson. Toni évoluera comme attaquant axial, soutenu par Gomez et Jankovic sur les côtés.

.

Les dernières confrontations

1999/2000 : Hellas Verona 2-2 AS Roma (Tommasi, Montella)
2000/2001 : Hellas Verona 1-4 AS Roma (Candela, Totti, Batistuta x2)
2001/2002 : Hellas Verona 1-1 AS Roma (Samuel)
2013/2014 : Hellas Verona 1-3 AS Roma (Ljajic, Gervinho, Totti)

AS Roma et Hellas Verona ne se sont affrontés qu’à 4 reprises depuis le début de ce siècle en Serie A. Et le bilan est positif pour la Louve, puisqu’on y retrouve deux matchs nuls et deux victoire. On notera cependant que la Roma y a toujours encaissé au moins un but, même si elle a toujours marqué également. A noter que depuis son retour parmi l’élite la saison passée, les giallorossi se sont imposés à 3 reprises en autant de matchs, et toujours avec au moins deux buts d’écart.

.

Le duel du match

Luca Toni / Seydou Doumbia : Un duel de vrais buteurs, mais de génération différente puisque 10 ans d’écart. D’un côté un joueur ayant passé de très nombreuses années en Serie A, avec une ribambelle de buts, et de l’autre un joueur débarquant en Italie depuis quelques jours. Luca Toni, âgé de 37 ans, est plus proche de la fin de sa carrière que du début. Il n’a connu pas moins de 8 clubs italiens, à commencer par Vicenza et Brescia. Mais c’est à Palerme qu’il se révèle avec 50 buts en 80 matchs. Il rejoint alors la Fiorentina(47 buts en 67 matchs), avant d’aller ensuite au Bayern Munich (58 buts en 89 matchs). C’est alors qu’il passera 6 mois à l’AS Roma (avec 5 buts en 15 matchs), puis Genoa, Juventus, Al-Nasr, Fiorentina et donc Verona. C’est dans ce dernier qu’il retrouve une seconde jeunesse, avec déjà 29 buts en une saison et demi. Jusqu’ici, il a inscrit 170 buts en Serie A. Mais il est également un grand artisan du succès lors du Mondial 2006, dont il compte 47 sélections (16 buts) avec l’Italie). Seydou Doumbia, 27 ans, est lui plus jeune. L’attaquant ivoirien possède une trajectoire atypique, puisqu’il a démarré par le Japon, où il marqua 10 buts en 34 matchs. Mais c’est en Suisse, aux Young Boys, qu’il va se construire une identité. C’est notamment là qu’il va découvrir l’Europe, par le biais de la Coupe UEFA. Il dispute 79 matchs, pour un total non-négligeable de 58 buts. Le voila ensuite du côté de la Russie, et le CSKA Moscou. Là aussi il affole totalement les compteurs, avec pas moins de 84 buts en 129 matchs (et une trentaine de passes décisives). Il aura notamment inscrit 19 buts en 27 matchs européens (dont 7 en LDC). En sélection, il fût souvent barré par des monstres comme Drogba ou dernièrement Bony. Il n’a joué que 26 sélections pour 4 buts, mais fût tout de même vainqueur de la CAN il y a quelques semaines.

.

.

L’arbitre du match

L’arbitre de la rencontre sera Mr Andrea Gervasoni. Cet arbitre a dirigé à 10 reprises l’AS Roma pour un bilan de 8 victoires (dont le succès contre le Genoa 3-1 il y a deux ans, la victoire contre Catane 4-0 la saison passée et le succès à Empoli 1-0 cette saison), 1 nul (3-3 face à Livorno en 2010) et 2 défaites (dont contre le Genoa en 2011/2012). Il avait notamment expulsé Totti face à Lecce lors de l’altercation avec Oliveira. Il a sifflé 2 penalties en faveur de la Louve, et 1 contre.

.

Les équipes probables

AS Roma (4-3-3):
De Sanctis
Torosidis-Manolas-Astori-Holebas
Keita
Nainggolan-Pjanic

Ljajic-Doumbia-Gervinho

Remplaçants: Skorupski, Marchegiani, Spolli, Mapou, Cole, De Rossi, Uçan, Florenzi, Verde, Sanabria.
Blessé(s): Balzaretti, Castan, Iturbe, Strootman, Ibarbo, Maicon.
Suspendu(s): /.

Hellas Verona (4-3-3): Benussi; Pisano, Moras, Marquez, Brivio; Ionita, Tachtsidis, Hallfredsson; Jankovic, Toni, Gomez.