3 petits points et puis s’en va

En l’emportant 2-0 (Destro et Bastos) sur le terrain de Sassuolo, l’AS Roma obtient sa 4ème victoire consécutive (et rejoint la barre des 70 points), et met une très grosse pression sur le Napoli pour cette lutte à la 2ème place. Un succès ( qui permet d’aborder sereinement le match en retard face à Parma (mercredi, 18h30).

Avec un 4-3-3, où le milieu de terrain réalise un pressing incéssent, l’AS Roma prend l’emprise sur le match dès les premières secondes. Le ballon passe de giallorosso en giallorosso, mais aucune grosse occasion n’arrive cependant. Cette possession de balle va porter ces fruits peu après le quart d’heure de jeu, quand Nainggolan (dans un rôle à la Perrotta version Spalletti, évoluant un cran plus haut que Pjanic et De Rossi) presse la défense adverse et récupère le ballon avant de trouver Destro qui, seul devant le but, marque son 10ème but de la saison d’une balle piquée. Et en 16 rencontres svp. Le rythme va alors peu à peu s’abaisser, et Sassuolo va en profiter. Suite à une mauvaise relance, dont l’arbitre est proche d’offrir une passe décisive à Sansone, le n°17 neroverde s’écroule dans la surface suite à un duel avec Benatia. Suivant dans un premier temps l’avis de son assistant de surface, Mr Rizzoli désigne dans un premier temps le point de penalty, avant de revenir sur sa décision plus longues minutes plus tard et notamment après discussion avec le concerné lui-même par ce contact. Cet épisode va encore plus casser le rythme, et endormir la Roma jusqu’à la pause. En effet Sassuolo va se créer quelques occasions en fin de première période, mais sans réellement inquiéter De Sanctis et sa solide défense.

La Roma revient au retour des vestiaires sans réel changement, ni des hommes ni dans le jeu. En effet les joueurs de Rudi Garcia gèrent leur avance, sans vraiment forcer leur talent. Peu avant l’heure de jeu, Florenzi et Pjanic (sur coup franc) oblige Pegolo a parer des poings leur frappe respective, juste avant que Di Francesco fasse passer son système en 4-2-4, avec l’entrée de Zaza. Pas grand chose à se mettre sous la dent ensuite, jusqu’au premier changement romanista : Taddei remplace le bosniaque à la 72ème minute, qui fût légèrement touché à la cheville peu avant cela. A l’entrée du dernier quart d’heure, Gervinho (peu visible aujourd’hui) est en bonne position de doubler la mise suite à un décalage de Destro, mais l’ivoirien est contré in-extremis par le défenseur adverse. Le mister décide alors de lancer Totti pour les 15 dernières minutes, en laissant reposer Destro qui dispose d’un ratio d’un but chaque 94 minutes. Alors que l’on rentre dans les 10 dernières minutes, Benatia subit un lourd choc tête contre tête avec un adversaire, mais plus de peur que de mal, malgré que Toloi soit près à rentrer. C’est finalement Bastos qui entre pour les derniers instants, à la place d’un Gervinho semblant fatigué. Et c’est la nouvelle recrue hivernal qui va débloquer son compteur but à la toute dernière minute : Taddei tacle son opposant dans la moitié de terrain adverse et trouve son Capitano, ce dernier lance Bastos en une touche, qui va tromper Pegolo avec son pied gauche. Le score ne bougera alors plus, avec la joie de tout un banc de touche qui envahi le terrain de bonheur.

Suite à ce 4 000ème but en Serie A, et cette 4ème victoire consécutive, les romanisti vont pouvoir tranquillement regarder Napoli-Juventus ce soir à la TV, avant de préparer dès demain le match en retard face à Parma (mercredi, 18h30), où Nainggolan sera notamment suspendu mais avec Maicon et Totti titulaires.